Avalanche: Les deux derniers corps extraits de l'hôtel italien
Actualisé

AvalancheLes deux derniers corps extraits de l'hôtel italien

Le bilan définitif du drame survenu le 18 janvier dans les Abruzzes est de 29 morts dont 15 hommes et 14 femmes.

1 / 58
La justice italienne a ouvert jeudi une enquête criminelle pour «négligence, imprudence et insouciance» à l'encontre de six personnes, dont des responsables locaux, après l'avalanche meurtrière survenue dans les Abruzzes, en janvier. (Jeudi 27 avril 2017)

La justice italienne a ouvert jeudi une enquête criminelle pour «négligence, imprudence et insouciance» à l'encontre de six personnes, dont des responsables locaux, après l'avalanche meurtrière survenue dans les Abruzzes, en janvier. (Jeudi 27 avril 2017)

AFP
Les pompiers italiens ont annoncé jeudi matin avoir extrait les deux derniers corps de l'hôtel enseveli la semaine dernière par une avalanche dans les abruzzes. Ce qui porte le nombre de victimes à 29 personnes. (26 janvier 2016)

Les pompiers italiens ont annoncé jeudi matin avoir extrait les deux derniers corps de l'hôtel enseveli la semaine dernière par une avalanche dans les abruzzes. Ce qui porte le nombre de victimes à 29 personnes. (26 janvier 2016)

AFP
Le décompte macabre se poursuit sous l'hôtel dévasté en Italie. Désormais, la catastrophe a fait 24 morts et cinq personnes sont toujours disparues. (25 janvier 2016)

Le décompte macabre se poursuit sous l'hôtel dévasté en Italie. Désormais, la catastrophe a fait 24 morts et cinq personnes sont toujours disparues. (25 janvier 2016)

AFP

Les pompiers italiens ont annoncé jeudi matin avoir extrait les deux derniers corps de l'hôtel enseveli la semaine dernière par une avalanche.

Onze personnes ont survécu, ont précisé les autorités. Les secours estiment que plus aucun occupant de l'hôtel Rigopiano n'est porté disparu. Les deux derniers corps ont été dégagés dans la nuit de mercredi à jeudi. Le parquet a ouvert une information judiciaire pour homicides involontaires, afin de déterminer d'éventuelles responsabilités dans la catastrophe ou des dysfonctionnements dans les secours.

La catastrophe était intervenue à la suite de chutes de neige historiques et d'une série de séismes qui ont plongé tout le centre l'Italie dans le chaos. En plus de l'avalanche, au moins cinq personnes ont été tuées par le froid ou le séisme. Des centaines d'habitants ont aussi été coupés du monde et des dizaines de milliers de foyers privés de courant pendant plusieurs jours.

«Crise sans précédent»

Une semaine après, le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni a dressé mercredi un premier bilan devant le Sénat. «Tous les efforts ont été faits sur le plan humain, organisationnel et technique pour essayer de sauver des vies humaines», a-t-il assuré.

Face à cette «crise sans précédent», les 11'000 personnes mobilisées ont mené plus de 3500 missions de secours par terre et plus de 300 par hélicoptère. Arrivés pour les premiers après des kilomètres à ski dans la nuit et sous les bourrasques de neige, 200 secouristes ont participé aux opérations dans les décombres de l'hôtel enseveli, a rappelé Paolo Gentiloni.

«L'Etat a mobilisé toutes ses énergies», a-t-il insisté. Il a promis que toute la lumière serait faite sur les éventuels dysfonctionnements, retards et responsabilités, mais en évitant toute chasse aux «boucs émissaires».

(ats)

Votre opinion