Paris: Les «dîneurs en blanc» dans les jardins du Palais Royal
Publié

ParisLes «dîneurs en blanc» dans les jardins du Palais Royal

Le très sélect «Dîner en blanc» a été organisé ce soir dans les jardins du domaine national du Palais Royal à Paris.

Les dîneurs se sont installé autour du bassin et des contre-allées du Palais Royal vers 21 heures.

Les dîneurs se sont installé autour du bassin et des contre-allées du Palais Royal vers 21 heures.

Twitter/@dearbourg

Des milliers de «dîneurs en blanc» ont investi jeudi peu avant 21 heures les jardins du domaine national du Palais Royal et une partie des Jardins des Tuileries, face à la Pyramide du Louvre, à l'occasion d'un flash mob chic et gentiment snob, a constaté un journaliste de l'AFP.

Quelque 10'000 participants cooptés au 27e «Dîner en blanc» officiel, venus avec tables, chaises et victuailles, se sont installés autour du bassin et des contre-allées du Palais Royal, au milieu des colonnes de Buren, et au pied des salons du ministère de la Culture et du Conseil d'Etat, surprenant les promeneurs qui profitaient de la soirée dans ce très chic jardin à deux pas de l'Opéra et des Tuileries.

Disparus avant minuit, «comme si rien ne s'était passé»

Au terme d'un jeu de pistes avec des points de rendez-vous parfois aussi éloignés que la place Dauphine, les participants eux-mêmes n'ont appris le lieu du «Dîner en blanc» qu'au dernier moment.

L'an dernier, 12'000 dîneurs avaient investi sans autorisation six ponts historiques de Paris, la place des Vosges, le parvis de Notre-Dame, les trottoirs des Champs-Elysées et même la place de la Concorde. La première édition du «Dîner en blanc» remonte à 1988, dans le bois de Boulogne.

A chaque fois, le «Dîner en blanc», à l'organisation quasi militaire, basé sur l'art de vivre et une parfaite discipline de ses participants, bénéficie d'une exceptionnelle tolérance, alors que les apéritifs Facebook, nettement plus libertaires, ont été interdits.

Non seulement, les dineurs en blanc, qui se cooptent, sont tous «bon chic bon genre», mais ils doivent s'engager à disparaître avant minuit, en laissant le site absolument intact, «comme si rien ne s'était passé».

Certains observateurs notent le «contraste» entre dineurs et actualité:

(AFP)

Votre opinion