Commerce de détail: Les discounters tirent leur épingle du jeu

Publié

Commerce de détailLes discounters tirent leur épingle du jeu

Lidl, Aldi et Denner ont connu une forte croissance en 2016. A contrario, les chiffres d'affaires des géants du secteur se sont réduits.

En 2016, Lidl a frôlé le milliard de francs de chiffre d'affaires.

En 2016, Lidl a frôlé le milliard de francs de chiffre d'affaires.

Archives/Photo d'illustration, Keystone

Avec une progression de 10% à 960 millions de francs, Lidl a enregistré la croissance la plus forte par rapport à ses concurrents. Le discounter allemand a grimpé à la 9e place du classement des détaillants suisses, contre une 12e place en 2015, a indiqué jeudi l'institut GfK.

A la 3e place, Denner, filiale discount du groupe Migros, a vu ses ventes croître de 1,9% à 3,2 milliards de francs. A la 4e place, Aldi a vu son chiffre d'affaires augmenter de 3% à 1,9 milliard.

Selon les calculs de GfK, les deux leaders du marché suisses Migros et Coop ont vu leur chiffre d'affaires reculer de respectivement 0,2% et 0,3%. Au total, le secteur a baissé de 1,5%. En 2015, la diminution avait été encore plus marquée (-2,2%). En 2016, les ventes totales se sont portées à 92,5 milliards de francs, le niveau le plus bas depuis 2007.

Pression sur les prix

Entre 2010 et 2016, le commerce de détail en Suisse a diminué annuellement en moyenne de 0,4%. Alors que sur la période 2000 à 2009, la croissance annuelle moyenne s'élevait encore à 1,6%.

Selon l'institut, les bonnes années dans le secteur non alimentaire sont derrière. «La pression sur les prix est toujours énorme et l'ajustement du marché se poursuit», ajoute GfK.

La filiale du groupe Coop, Dipl. Ing Fust, a bien résisté avec une croissance de 2%, tout comme Ikea (+1,4%). Les ventes du spécialiste de l'électronique de loisirs Interdiscount (en tenant compte de Microspot.ch) ont reculé de 1,1%, même s'il est passé de la 15e à 10e place.

Dans le secteur non alimentaire, il y a toutefois des gagnants. A l'image des détaillants actifs dans la parfumerie et les soins corporels (+31% de points de vente supplémentaires) et ceux actifs dans l'optique et les appareils auditifs (+30%). A contrario, les points de vente se sont réduits dans les filiales de La Poste (-30%), dans les succursales actives dans l'alimentaire (-2,1%) et également dans les grands magasins (-12%).

Ventes en ligne

Depuis 2010, 5000 points de vente ont disparu, selon GfK. Dans le même temps, 10'000 magasins en ligne se sont créés. En 2016, le commerce à distance (en ligne vente par correspondance) a rapporté 7,8 milliards de francs, soit 8% de plus qu'en 2015.

Les difficultés de la branche se sont poursuivies en 2017. Dans les cinq premiers mois, le commerce de détail a perdu 0,3%. Pour l'ensemble de l'année en cours, GfK table sur une contraction d'environ 1%. Outre le commerce en ligne, le tourisme d'achat continue aussi à peser, après avoir stagné l'an passé à quelque 10 milliards de francs.

(ats)

Ton opinion