Climat – Les «divorces» en hausse chez les albatros à cause du réchauffement
Publié

ClimatLes «divorces» en hausse chez les albatros à cause du réchauffement

Les séparations doublent chez ces oiseaux marins quand la surface des océans se réchauffe.

Les albatros ne se séparent habituellement qu’après des échecs de reproduction.

Les albatros ne se séparent habituellement qu’après des échecs de reproduction.

iStock

Habituellement monogames et fidèles, les albatros se séparent de plus en plus à cause du réchauffement des océans, selon une étude. Le taux de «divorce» parmi ces oiseaux marins était en moyenne inférieur à 4%. Il double pour atteindre près de 8% lorsque les océans sont plus chauds, selon cette recherche parue mercredi dans la revue «Proceedings of the Royal Society B».

Les chercheurs ont expliqué que plus de 90% des espèces d’oiseaux sont monogames. Ils ne se séparent habituellement que suite à des échecs de reproduction: la femelle quittant son conjoint pour en trouver un autre. Or ces «divorces» supplémentaires pourraient entraver leurs capacités à élever avec succès leur progéniture, selon l’étude.

Pour arriver à leurs conclusions, les scientifiques ont analysé les données collectées de 2004 à 2019 auprès d’une grande colonie d’albatros à sourcils noirs vivant sur New Island, une île de l’archipel des Malouines. Le taux de séparation a atteint son plus haut en 2017, avec 7,7%, lorsque les eaux océaniques étaient les plus chaudes. Puis la température a baissé et les «divorces» également.

Un seul œuf possible

Selon l’étude, le réchauffement des eaux entraîne en fait une baisse du taux de reproduction, ce qui pousse à des séparations. L’explication? Une eau plus chaude en surface affecterait la disponibilité des proies des albatros, qui auraient plus de peine à se nourrir et auraient donc moins de temps pour la reproduction, explique «The Independent». Or chaque albatros femelle ne peut pondre quun seul œuf par saison de reproduction.

«Cest particulièrement inquiétant, car le réchauffement des océans est lune des conséquences observées et prévues du changement climatique, également dans locéan Austral, foyer de notre population dalbatros», a commenté l’un des auteurs, Francesco Ventura, biologiste à lUniversité de Lisbonne.

(R.M.)

Votre opinion