Publié

VOL MH370Les données satellitaires vont être rendues publiques

Depuis la disparition du Boeing de Malaysia Airlines, les proches des victimes réclament la publication de ces informations.

1 / 145
Des objets «probablement fabriqués par l'homme» ont été repérés près du site du crash supposé du vol MH370, dans l'océan Indien, peu après sa disparition. Des scientifiques australiens l'ont révélé mercredi, plus de six mois après la fin des recherches. (Mercredi 16 août 2017)

Des objets «probablement fabriqués par l'homme» ont été repérés près du site du crash supposé du vol MH370, dans l'océan Indien, peu après sa disparition. Des scientifiques australiens l'ont révélé mercredi, plus de six mois après la fin des recherches. (Mercredi 16 août 2017)

AP
Dans cette photo d'archives, on voit un officier de l'armée de l'air australienne scruter la surface de l'océan Indien. Les autorités australiennes, chinoises et malaisiennes ont annoncé que les recherches sous-marines étaient suspendues. (mardi 17 janvier 2017)

Dans cette photo d'archives, on voit un officier de l'armée de l'air australienne scruter la surface de l'océan Indien. Les autorités australiennes, chinoises et malaisiennes ont annoncé que les recherches sous-marines étaient suspendues. (mardi 17 janvier 2017)

AP, Keystone
Les proches des passagers ont annoncé samedi leur intention d'entreprendre eux-mêmes des recherches. (Samedi 3 décembre 2016)

Les proches des passagers ont annoncé samedi leur intention d'entreprendre eux-mêmes des recherches. (Samedi 3 décembre 2016)

La Malaisie et l'opérateur britannique de satellites Inmarsat ont annoncé mardi qu'ils allaient publier les données satellitaires utilisées pour déterminer la trajectoire du Boeing 777 de Malaysia Airlines jusqu'à sa chute dans l'océan Indien.

Les proches des 239 passagers qui se trouvaient à bord de l'avion quand il a disparu le 8 mars peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin, réclamaient l'accès à ces données pour les faire interpréter par des analystes indépendants. «Toutes les parties travaillent à la publication des données de communication et de la description technique de l'analyse», ont indiqué la Direction de l'aviation civile et Inmarsat dans un communiqué commun, sans fournir d'échéance pour cette publication.

Inmarsat avait utilisé ses satellites pour aider à reconstituer la route du Boeing 777 de Kuala Lumpur au sud de l'océan Indien où il se serait abîmé, à court de carburant. Bien que les systèmes de communication du vol MH370 aient été éteints, l'appareil renvoyait les «bips» émis par les stations au sol et relayés par les satellites. Les recherches en mer n'ont cependant pas permis de retrouver la trace de l'avion.

(AFP)

Ton opinion