Actualisé 27.06.2019 à 04:31

ParisLes drones de la police sont attaqués… par des goélands

Les engins volants ont déjà subi une dizaine d’assauts d’oiseaux maritimes. On songe à des drones pour protéger des drones.

par
R.M.
Les goélands seraient-ils «antiflics»?

Les goélands seraient-ils «antiflics»?

iStock

Voilà une menace que les forces de l’ordre parisiennes n’avaient peut-être pas anticipée. Les drones de la préfecture de la police, affirme «Le Parisien», subissent des attaques de goélands. Selon le quotidien français une dizaine de cas ont déjà été recensés ces derniers mois.

Le dernier assaut date du week-end dernier lors d’une mobilisation de gilets jaunes. Un drone survolait les manifestants lorsqu’il a failli être percuté par des oiseaux qui voulaient l’«intimider». Le pilote aurait réussi à poser immédiatement son engin pour le préserver. Il n’y aurait pas encore eu de casse. «Soit les télépilotes les ont fait atterrir en urgence, soit ils ont trouvé un autre terrain d’envol», lâche une source anonyme dans «Le Parisien». Mais vu le nombre d’attaques, ça pourrait venir.

Confondus avec des prédateurs

Mais quelle mouche a donc piqué ces oiseaux marins? Frédéric Malher, de la Ligue de protection des oiseaux, a remarqué que la majeure partie des attaques avaient lieu durant les périodes de nidification. «Les goélands n’en veulent pas aux drones en tant que tels. Ils les prennent pour des prédateurs et cherchent simplement à protéger leur territoire et leurs œufs», explique-il.

Que faire? La police étudierait une piste étonnante: des drones pour protéger leurs drones… Il s’agirait de lâcher en parallèle un drone effaroucheur qui émettrait des cris de rapace ou des ultrasons pour effrayer les goélands.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!