Formation: Les écoles polytechniques demandent plus d'investissements
Publié

FormationLes écoles polytechniques demandent plus d'investissements

Les deux écoles rappellent qu'elles peinent à satisfaire pleinement les besoins importants de l'économie suisse en jeunes diplômés dans les sciences naturelles et les technologies.

Fritz Schiesser, président du Conseil des EPF, s'inquiète du manque de moyens alloués aux écoles polytechniques et aux établissements de recherche.

Fritz Schiesser, président du Conseil des EPF, s'inquiète du manque de moyens alloués aux écoles polytechniques et aux établissements de recherche.

Keystone

Des investissements supplémentaires sont nécessaires dans la formation et la recherche, estime le Conseil des écoles polytechniques fédérales. Il se dit très préoccupé par les menaces qui pèsent sur ce domaine en raison de la situation financière de la Confédération.

Les fonds destinés à la formation et à la recherche sont toujours plus souvent la cible de restrictions importantes, et d'autres mesures d«économie drastiques sont en préparation, s'inquiète vendredi le Conseil. Selon lui, le Domaine des EPF est particulièrement affecté.

Or les deux écoles polytechniques et les quatre établissements de recherche PSI (Institut Paul Scherrer), Empa (Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche), WSL (Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage) et Eawag (Institut de recherche de l'eau) contribuent de manière déterminante à l'excellence de la formation et à la capacité d'innovation du pays.

Lors de sa séance qui s'est tenue mercredi et jeudi, le Conseil des EPF a défini les prochaines priorités stratégiques pour la période 2017-2020 dans le Domaine des EPF, ainsi que les besoins financiers de la formation académique et de la recherche. Il en ressort que le Domaine des EPF doit impérativement pouvoir continuer à compter sur la fiabilité et la continuité de la croissance annuelle des ressources financières à sa disposition.

Peine à satisfaire les besoins

Les effectifs estudiantins aux EPF de Lausanne et Zurich poursuivent en effet leur progression, souligne le Conseil. Et les deux écoles polytechniques peinent toujours à satisfaire pleinement les besoins importants de l'économie suisse en jeunes diplômés dans les sciences naturelles et les technologies.

Par ailleurs, vu la compétition toujours plus rude à l'échelle internationale, il faut renforcer résolument la capacité d'innovation de la Suisse et investir dans les infrastructures de recherche, écrit encore le Conseil des EPF.

Le Domaine des EPF a déjà dû supporter des coupes budgétaires de l'ordre de 140 millions de francs durant la période de prestations 2013-2016. Il ne sera pas possible de procéder à de nouvelles restrictions financières sans compromettre sérieusement l'étendue et la qualité des prestations d'enseignement et de recherche des deux EPF et des quatre établissements de recherche.

Nouvelle filière de médecine saluée

Le Conseil des EPF salue par ailleurs la nouvelle filière d«études en médecine projetée par l«EPFZ et les universités de Bâle, de Zurich et de la Suisse italienne(USI). Il est ainsi prévu que l«EPFZ propose un cursus de bachelor novateur à une centaine d«étudiants en médecine, qui pourront ensuite poursuivre leurs études de master dans l«une des universités partenaires.

Les universités de Genève et Lausanne sont les bienvenues si elles souhaitent se joindre au projet de l'EPFZ, a affirmé récemment le président de la haute école zurichoise, Lino Guzzella, dans une interview.

(ats)

Votre opinion