Éducation: Les écoliers français sont de plus en plus nuls en maths
Actualisé

ÉducationLes écoliers français sont de plus en plus nuls en maths

En 30 ans, le niveau de nos voisins en mathématiques a considérablement baissé. À l'échelle européenne, les petits Français sont aussi à la traîne.

par
LPH
En calcul, les écoliers Français sont à la traîne. (Photo d'illustration).

En calcul, les écoliers Français sont à la traîne. (Photo d'illustration).

iStock

On connaissait les difficultés de nombreux écoliers français dans l'apprentissage des langues étrangères. Mais ce n'est pas le seul domaine où nos voisins sont à la traîne, comme le révèle FranceInfo.

En effet, entre 1987 et aujourd'hui, le nombre d'élèves arrivant au collège (10-11 ans) en sachant faire une division a ainsi diminué de moitié. C'est ce que montre une étude du ministère français de l'Education, qui affirme que le niveau des jeunes français en mathématiques a drastiquement chuté au cours des trois dernières dizaines d'années.

Profs pas assez formés

Des résultats qualifiés d'inquiétants par plusieurs spécialistes, dont Charles Torossian, inspecteur général à l'Education nationale, qui déplore la formation écourtée du corps enseignant. «La génération d’avant 1987 avait 400 heures de formation en mathématiques dans son cursus. Aujourd’hui, il y en a certains qui sont à 60 heures. C’est sûr que ça fait une différence», déplore-t-il.

Un constat partagé par Cédric Villani, lauréat de la médaille Fields en 2010 (l'équivalent du prix Nobel pour les mathématiques, ndlr). Le député LREM cite l'exemple de Singapour, où les futurs enseignants suivent cinq fois plus d’heures de formation qu’en France. Or en ce qui concerne les performances des écoliers, la cité-État asiatique figure dans le haut du classement mondial.

Meilleurs ailleurs

Si les élèves français galèrent en maths, certains enseignants estiment toutefois qu'ils compensent cette baisse de niveau par la maîtrise d'autres outils, dont certains n'existaient pas il y a 30 ans. Ainsi, les collégiens d'aujourd'hui disposent par exemple de compétences développées en programmation, grâce notamment à des cours d'informatique s'inscrivant tôt dans le cursus.

Cela ne doit cependant pas excuser les lacunes en mathématiques, estime Cédric Villani: «Nous n’avons pas le droit de nous satisfaire d’un système qui laisse beaucoup de jeunes sur le carreau», a-t-il déclaré.

Et qu'en est-il des Suisses? Eh bien il n'y a vraisemblablement que peu de souci à se faire, puisque selon l'étude PISA de 2015, les jeunes Suisses sont les meilleurs en mathématiques! Du moins, au niveau européen. En effet, le haut du classement international est dominé par les pays asiatiques, reléguant ainsi la Suisse au 8e rang mondial.

Votre opinion