Proche-Orient: Les élections palestiniennes reportées de plusieurs mois
Publié

Proche-OrientLes élections palestiniennes reportées de plusieurs mois

Le scrutin, initialement prévu samedi, aurait dû rapprocher l'Autorité palestinienne en Cisjordanie et le Hamas à Gaza.

L'Autorité palestinienne, présidée par Mahmoud Abbas, organisera les élections «sous quatre mois».

L'Autorité palestinienne, présidée par Mahmoud Abbas, organisera les élections «sous quatre mois».

Keystone

Le gouvernement palestinien a annoncé mardi le report de plusieurs mois des élections municipales. Initialement prévu samedi, ce scrutin a été sapé par les divisions entre les mouvements rivaux.

Le gouvernement palestinien, relevant de l'Autorité palestinienne, a annoncé mardi que ce scrutin aurait lieu «sous quatre mois».

Ces élections sont censées être les premières depuis dix ans à se tenir conjointement en Cisjordanie et dans la bande Gaza. Mais depuis le 8 septembre, le processus électoral a été stoppé et les élections remises à une date inconnue. La Cour suprême palestinienne, relevant de l'Autorité palestinienne, avait ordonné lundi que cette consultation n'ait lieu qu'en Cisjordanie.

Le Hamas veut poursuivre

La déclaration faite mardi semble laisser entendre que la bande de Gaza resterait à l'écart du vote. Par ailleurs, un responsable de la commission électorale a indiqué que ces élections ayant lieu dans 4 mois, c'est tout le processus qui pourrait repartir de zéro dans cet intervalle.

Le Hamas a aussitôt rejeté la décision du gouvernement et s'est dit attaché à la poursuite du processus. Le Hamas gouverne sans partage Gaza depuis qu'il en a évincé l'Autorité palestinienne par la force en 2007 après avoir été privé de sa victoire aux législatives de 2006. Depuis, l'Autorité, présidée par Mahmoud Abbas, n'exerce ses prérogatives que sur la Cisjordanie, occupée par l'armée israélienne.

Ces élections auraient pu favoriser un rapprochement. La communauté internationale ne cesse en effet d'exhorter les Palestiniens à la réconciliation car l'incapacité des mouvements palestiniens à présenter un front commun passe pour un sérieux obstacle à un règlement du conflit israélo-palestinien.

(ats)

Votre opinion