13.11.2020 à 16:52

CoronavirusLes élèves sont peu touchés, mais autant que les profs

Une étude autrichienne montre que si le milieu scolaire n’est que peu affecté par la pandémie, enfants et adultes sont pareillement atteints. Les établissements défavorisés souffrent davantage.

von
AFP
Les chercheurs ont effectué des tests dans 243 établissements du pays durant presque un mois.

Les chercheurs ont effectué des tests dans 243 établissements du pays durant presque un mois.

iStockphoto

Peu de contaminations au coronavirus dans les écoles mais une prévalence quasi identique pour élèves et enseignants: tels sont les enseignements d’une étude parue vendredi 13 novembre en Autriche, qui fait également état d’un nombre d’infections plus élevé dans les établissements défavorisés.

«Il n’y a pas de différence significative entre les enfants et les professeurs», écrivent les auteurs issus de quatre universités autrichiennes et mandatés par le ministère autrichien de la Santé. Les chercheurs ont testé 10 156 élèves de l’école primaire et du collège et des enseignants asymptomatiques au hasard dans 243 établissements du pays, entre le 28 septembre et le 22 octobre, avec la méthode du gargarisme.

Du côté des enfants, 0,37% étaient contaminés contre 0,57% des adultes de l’encadrement, une différence trop faible pour être significative, selon l’étude. En revanche, «la prévalence diffère entre les écoles ayant un indice de désavantage social élevé (0,81%) et les écoles ayant un indice de désavantage social modéré (0,23%)», notent les chercheurs. D’autres phases de tests vont être menées régulièrement durant toute l’année scolaire afin de mieux cerner la circulation du coronavirus dans les écoles.

Données utiles pour le débat sur l’école

Le ministre de l’Éducation Heinz Fassmann espère que les premiers résultats de cette étude contribueront au débat public sur la nécessité ou non de fermer des écoles, alors que l’Autriche s’interroge face à l’explosion du nombre de cas ces dernières semaines.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
3 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Cogito ergo sum

13.11.2020 à 18:07

Quand je lis le nombre d'enfants qui meurent au Nigéria de pneumonie et qu'ils ont moins de 5 ans et en sachant le nombre d'enfants qui meurent chaque jour de faim. Je trouve les adultes bien égoïstes et lâches. Que font Messieurs Berset, Ackermann et autre Poggia, rien ils pleurent misères pour ces pauvres gens en Suisse, évidemment c'est plus porteur que la misère de l'enfant dans le monde, or ces décès étaient prévus virus ou non.

CH Motus et bouche cousue

13.11.2020 à 17:13

le personnel des soins lui est très touché, moralement aussi et a l étranger beaucoup de décès dans le personnel soignant et les médecins Italie Nord Brésil UK USA