Publié

SmileyLes émoticônes ethniques, vous trouvez ça bien?

Les nouveaux émoticônes de la firme à la pomme, disponibles en six teintes de peau, divisent les spécialistes.

par
Fabien Feissli
dr

Les émoticônes d’Apple vont se décliner désormais en six couleurs de peau différentes. L’entreprise l’avait promis en mars 2014, après qu’une pétition en ligne a réuni plus de 4000 signatures. Celle-ci dénonçait «le manque flagrant de représentations des autres ethnies». Apple a écouté, et les futures mises à jour (OS X 10.10.3 et iOS 8.3) incluront donc de tout nouveaux émoticones. Une initiative qui n’emballe pas Manuel Tornare, vice-président de la Licra Suisse. Pour lui, cela tient plus de la stratégie commerciale. «Ce n’est pas très malin. Ils veulent plaire dans toutes les parties du monde.»

Le conseiller national (PS/GE) souligne encore que «c’est un reflet du politiquement correct à l’américaine. En ce moment, il y a d’autres priorités que les émoticones. Ces dernières années, il y a eu un doublement des actes racistes sur Internet», explique-t-il. Pour autant, le vice-président de la Licra Suisse assure qu’il n’y a pas matière à polémique. «C’est plus de la bêtise qu’autre chose. Pour rester crédibles, nous devons intervenir seulement quand les combats le justifient.»

Olivier Glassey, sociologue des nouveaux médias à l’Université de Lausanne regrette que ces nouveaux smileys fassent disparaître la dimension universelle de l’émoticone. «Ce côté global, aussi lié à l’idéologie d’Internet, permettait justement de passer au-dessus des différences», détaille-t-il. Le sociologue met également en avant une vision très stéréotypée de l’appartenance à telle ou telle couleur. «Ce n’est pas forcément ce qui nous définit. Et je ne vois pas ce que cela peut apporter au niveau de la communication», explique-t-il. Car pour lui, le but est avant tout d’avoir un système simple qui fonctionne. «Plus on diversifie, plus on complexifie la compréhension. L’utilisateur peut avoir peur de faire un faux pas ou que son émoticone de couleur soit mal interprété», affirme-t-il. Olivier Glassey est d’ailleurs persuadé que, l’effet de mode passé, les gens continueront à utiliser la version standardisée des smileys.

«Cela doit rester un choix»

Pour Martine Brunschwig Graf, présidente de la Commission fédérale contre le racisme, l’initiative d’Apple est intéressante. «Toute volonté de favoriser la diversité est positive», assure-t-elle. Elle souligne toutefois que l’utilisation de ces émoticones doit rester un choix. «Etre obligé de se catégoriser selon sa couleur de peau serait inacceptable», précise-t-elle.

En 2012, Apple avait déjà ajouté des émoticones montrant la diversité sexuelle. Une initiative réjouissante selon Bastian Baumann, secrétaire général de Pink Cross. «Il est toujours enrichissant de montrer la diversité. Même dans des gadgets rigolos. Cela favorise l’égalité.» Le secrétaire général de Pink Cross souhaiterait d’ailleurs un engagement plus fort des compagnies dans ce sens-là. Egalement en Suisse.

Votre opinion