Rentrée scolaire: Les enseignants exigent qualité et sécurité pour tous les élèves

Publié

Rentrée scolaireLes enseignants exigent qualité et sécurité pour tous les élèves

Le Syndicat des enseignants romands et son homologue alémanique ont émis plusieurs recommandations ce lundi en vue de la rentrée des classes.

Les syndicats d’enseignant ont également demandé qu’un système de gestion de la santé soit mis en place dans les écoles compte tenu des mesures de sécurité sanitaires toujours en vigueur face au coronavirus.

Les syndicats d’enseignant ont également demandé qu’un système de gestion de la santé soit mis en place dans les écoles compte tenu des mesures de sécurité sanitaires toujours en vigueur face au coronavirus.

KEYSTONE

Il faut tirer les leçons de la crise du coronavirus, estiment les syndicats d'enseignants. Ceux-ci appellent à veiller à maintenir l'équité entre les élèves et demandent la création de responsables de la protection de la santé dans les écoles.

L'année scolaire passée a été très particulière en raison de la pandémie de coronavirus, ont souligné lundi lors d'une conférence de presse à Berne le Syndicat des enseignants romands (SER) et son homologue alémanique Dachverband Lehrerinnen und Lehrer Schweiz (LCH). La crise aura également des répercussions sur l'année scolaire 2020/2021.

L'écart s'est creusé

Lors de l'enseignement à distance de ce printemps, l'écart de performance s'est encore creusé entre les élèves «favorisés» et ceux qui le sont moins sur le plan éducatif, notent les organisations faîtières d'enseignants.

Au cours de la nouvelle année scolaire, l'accent devrait être mis sur les élèves pour lesquels des lacunes dans les apprentissages sont apparues pendant le confinement. Les ressources supplémentaires nécessaires à l'encadrement doivent donc être disponibles tout au long de l'année scolaire.

En même temps, les enseignants demandent de mettre en place dans toute la Suisse, y compris dans les zones rurales, une bonne offre d'encadrement social scolaire, un soutien linguistique précoce et des structures de garde d'enfants complètes.

Cela permettra de mieux tenir compte des situations familiales des élèves parfois extrêmement différentes et de faire en sorte que tous les enfants puissent mener à bien leur cursus scolaire avec le plus d'équité possible.

Compte tenu des mesures d'hygiène et de protection toujours en vigueur, la crise du coronavirus a également montré à quel point les écoles ont besoin d'un système de gestion de la santé au travail. Dans ce sens, le SER et LCH demandent la mise en place d'une formation de responsables de la protection de la santé et l'introduction de tels postes dans les écoles.

Equipement inadéquat

De plus, la crise a révélé combien il est essentiel de disposer d'équipements technologiques modernes, fonctionnels et accessibles pour maintenir l'enseignement. Cependant, de nombreux élèves ne disposaient pas d'un équipement numérique adéquat et certains enseignants ont dû utiliser leurs appareils privés.

Le SER et le LCH demandent donc aux autorités de fournir aux élèves et aux enseignants les outils numériques nécessaires. Les enseignants devraient également recevoir, comme tous les employés en télétravail en Suisse, une compensation pour l'utilisation de leur équipement privé.

Pénurie de personnel

Les enseignants rappellent que la pénurie de personnel dans les écoles reste critique. Il est souvent difficile de repourvoir les postes avec des enseignants suffisamment formés, en particulier pour le cycle 1, le français en Suisse alémanique et l'allemand en Suisse romande, ainsi que pour les titulaires de classe.

Pour que la situation s'améliore, le SER et LCH estiment qu'il doit être plus attrayant d'exercer la profession d'enseignant dans les premières années d'entrée en fonction et inciter à y rester. Enfin et surtout, il est important de ne pas affaiblir l'école par des réductions de budgets en raison de la crise économique à venir.

Au contraire, les décideurs politiques et scolaires doivent veiller à ce que les ressources financières et humaines nécessaires soient approuvées à tous les niveaux. De cette façon, les écoles seront mieux équipées pour les situations d'urgence et les crises à l'avenir.

Le Tessin penche pour une rentrée scolaire normale

Le gouvernement tessinois envisage trois scénarios en vue de la rentrée scolaire le 31 août: une reprise normale, un enseignement hybride en classe et à domicile ou un enseignement à distance. Devant les médias lundi à Bellinzone, le Conseil d'Etat a exprimé sa préférence pour le premier.

Le scénario privilégié, une reprise normale, concernerait tous les degrés, de l’école enfantine aux lycées, a précisé le directeur du Département de l’Instruction publique Manuele Bertoli. Les deux autres scénarios envisagés par le canton sont des options de réserve qui pourraient être appliquées si la pandémie devait regagner du terrain.

Manuele Bertoli a précisé que le masque est déconseillé pour les jeunes élèves des écoles enfantines et primaires, et qu'il est facultatif pour ceux des écoles secondaires et des lycées. Le port pourrait cependant y devenir obligatoire dans certaines situations particulières (espaces communs là où la distance d’un mètre et demi ne peut être garantie).

Pour le corps enseignant, le port du masque est facultatif dans les salles de classe où la distance est assurée. Il est en revanche obligatoire dans les couloirs des écoles et dans les salles des professeurs. «Nous ferons tout ce qui est possible pour éviter de devoir appliquer les scénarios 2 ou 3», a conclu Manuele Bertoli. «ll en va de la bonne réussite de la nouvelle année scolaire».

(ATS/NXP)

Ton opinion