Royaume-Uni - Les erreurs répétées d’un hôpital à l’origine de la mort de dizaines de bébés
Publié

Royaume-UniLes erreurs répétées d’un hôpital à l’origine de la mort de dizaines de bébés

L’un des plus grands hôpitaux d’Angleterre se voit épinglé dans une enquête pour des faits de négligence médicale aux conséquences dramatiques.

Depuis 2010, pas moins de 201 plaintes ont été déposées contre les services de maternité de l’hôpital (photo d’illustration).

Depuis 2010, pas moins de 201 plaintes ont été déposées contre les services de maternité de l’hôpital (photo d’illustration).

Getty Images

«Ils n’écoutent pas les familles. Ils ignorent. S’ils n’apprennent pas de leurs erreurs, cela va se répéter encore et encore»: ce sont les mots d’une mère dont le bébé est décédé à la naissance à l’hôpital de Nottingham University, l’un des plus grands d’Angleterre. Cette Britannique fait partie des nombreuses familles endeuillées qui se battent pour connaître les véritables causes du décès de leur enfant.

Dans une enquête menée par «The Independent», l’hôpital, qui est doté de l’un des plus gros budgets de la santé publique du Royaume-Uni, se voit reprocher des faits répétés de négligence médicale survenus depuis une dizaine d’années. Des erreurs que l’établissement aurait de plus tenté de dissimuler.

Pénurie de sages-femmes

Bébé décédé sans examen, gorge accidentellement sectionnée, … Les manquements mis en lumière par le tabloïd britannique seraient à l’origine de la mort de dizaines de bébés. L’enquête a révélé que depuis que depuis 2010, pas moins de 201 plaintes ont été déposées contre les services de maternité de l’hôpital. Parmi celles-ci, 25 mentionnent notamment des retards de traitement tandis que 15 autres font état d’une fréquence cardiaque fœtale anormale.

Selon «The Independent», l’établissement avait également laissé s’instaurer, malgré son important budget, une pénurie de personnel en maternité. En 2020, 73 postes de sages-femmes étaient en effet encore à pourvoir, et les appels des employés déjà en place étaient trop souvent ignorés.

«Une priorité absolue»

Le quotidien britannique, qui a eu accès à des rapports internes, indique en outre que pour certains décès, des informations médicales centrales n’avaient en réalité jamais rédigées ou étaient tout bonnement erronées. Depuis 2010, le système de santé publique du Royaume-Uni (NHS), qui se voit également reprocher des manquements dans sa surveillance, a ainsi versé près de 116 millions de francs en guise dommages et intérêts.

Interpellée par «The Independent», la direction de l’hôpital de Nottingham University a assuré que «l’amélioration de ses services de maternité était une priorité absolue». Elle a indiqué que des «changements importants» étaient prévus et que des sages-femmes allaient être formées et recrutées. «Nous nous excusons du fond du cœur auprès des familles qui n’ont pas reçu le niveau de soins dont elles ont eu besoin et nous reconnaissons que les effets ont été dévastateurs», a-t-elle ajouté.

(J.Z)

Votre opinion