14.06.2017 à 10:51

AgricultureLes étables qui enferment le bétail pas pénalisées

Le Conseil des Etats a adopté mercredi un texte demandant de ne pas pénaliser les paysans qui recourent à la stabulation entravée.

Aujourd'hui, les agriculteurs qui se dotent de systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux reçoivent un supplément de 20% aux aides forfaitaires à l'investissement.

Aujourd'hui, les agriculteurs qui se dotent de systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux reçoivent un supplément de 20% aux aides forfaitaires à l'investissement.

Keystone

Pas question de désavantager les étables moins respectueuses pour le bien-être du bétail. Le Conseil des Etats a tacitement adopté mercredi une version modifiée d'une motion d'Erich von Siebenthal (UDC/BE) qui demande de ne pas pénaliser les paysans qui recourent à cette forme d'élevage. Le texte repart au National.

La stabulation entravée, soit une stalle à l'intérieur d'une étable empêchant la bête de bouger librement, reste un système largement répandu dans l'élevage du bétail bovin. Ce système a toutefois tendance à être désavantagé par rapport aux étables en stabulation libre, car la construction de celles-ci est récompensée par des contributions, fait valoir le motionnaire.

Les agriculteurs qui se dotent de systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux (SST) reçoivent un supplément de 20% aux aides forfaitaires à l'investissement versées pour la construction d'étable.

C'est injuste et cela entrave la liberté de choix des agriculteurs quant à la forme d'élevage à adopter, affirme Erich von Siebenthal. Tant que les conditions liées au bien-être des animaux sont conformes à la loi, il n'y a pas lieu de défavoriser les étables à stabulation entravée.

Ces mesures incitatives répondent à la volonté politique d'améliorer le bien-être des animaux, a souligné le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann. C'est une stratégie qui a porté ses fruits au fil des années. Bien qu'ils soient libres de choisir, la très grande majorité des éleveurs optent pour des installations plus respectueuses.

Les sénateurs ont tenu à préciser que la motion ne remet aucunement en cause le régime des paiements directs. Leur version ne fait pas de différence entre les deux systèmes de stabulation en matière de mesures d'amélioration structurelle. Une modification saluée par Johann Schneider-Ammann.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!