Coronavirus: Les États-Unis autorisent un troisième vaccin anti-Covid

Publié

CoronavirusLes États-Unis autorisent un troisième vaccin anti-Covid

Après les vaccins de Pfizer/BioNTech et de Moderna, les États-Unis ont approuvé en urgence le vaccin produit par Johnson & Johnson, samedi.

Ce vaccin unidose, appelé Janssen Covid-19, peut être stocké à des températures de réfrigérateur.

Ce vaccin unidose, appelé Janssen Covid-19, peut être stocké à des températures de réfrigérateur.

AFP

Les États-Unis ont accordé samedi une autorisation en urgence au vaccin de Johnson & Johnson contre le Covid-19 pour les personnes âgées de 18 ans et plus, a annoncé l’Agence américaine des médicaments (FDA).

Ce vaccin unidose appelé Janssen Covid-19, qui peut être stocké à des températures de réfrigérateur, rejoint ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna dans l’immense campagne de vaccination aux États-Unis, où la pandémie a fait plus de 500’000 morts. Après avoir étudié en détail les données des essais cliniques, conduits sur plus de 43’000 personnes, un comité d’experts avait recommandé vendredi la mise sur le marché du vaccin de l’entreprise américaine.

Au moins trois millions de doses du produit de «J&J» sont prêtes à être distribuées dès la semaine prochaine, selon le gouvernement américain. Johnson & Johnson s’est engagé à acheminer 100 millions de doses aux États-Unis avant la fin du mois de juin.

Le président américain Joe Biden a salué samedi l’approbation aux États-Unis de ce troisième vaccin, mais a appelé à ne pas «baisser la garde» contre la pandémie. «C’est une nouvelle formidable pour tous les Américains, et un pas encourageant dans nos efforts pour mettre fin à la crise», a affirmé Joe Biden dans un communiqué. «Mais nous ne pouvons pas baisser la garde ni tenir pour acquis que la victoire est inévitable», a-t-il ajouté.

Immuniser la quasi-totalité des Américains

Avec 600 millions de doses commandées au total à Pfizer et Moderna, les États-Unis disposeront déjà, d’ici la fin juillet, d’assez de vaccins pour immuniser la quasi-totalité de la population. Mais l’ajout de celles de Johnson & Johnson pourrait encore accélérer la campagne de vaccination. Au total, plus de 72 millions de piqûres ont déjà été réalisées dans le pays le plus endeuillé par la pandémie en valeur absolue.

Le vaccin de «J&J», dont les injections ont déjà commencé en Afrique du Sud, est un vaccin à «vecteur viral». Il utilise comme support un autre virus peu virulent, transformé pour y ajouter des instructions génétiques d’une partie du virus responsable du Covid-19. Une fois dans les cellules, une protéine typique du SARS-CoV-2 est produite, éduquant le système immunitaire à le reconnaître.

«Après une analyse rigoureuse des données, les scientifiques et médecins de la FDA ont déterminé que le vaccin remplit les critères de la FDA en matière de sécurité et d’efficacité en matière d’autorisation en urgence», a indiqué dans un communiqué le directeur du centre d’évaluation et de recherche biologiques de l’agence, Peter Marks.

Lors des essais cliniques, l’efficacité du vaccin était de 85,9% contre les formes graves du Covid-19 aux États-Unis, selon les chiffres communiqués par la FDA. Toutes régions de l’essai clinique confondues, elle était de 66,1% contre les formes modérées de la maladie, et globalement «similaire» pour toutes les catégories de population (âges, groupes ethniques). Les effets secondaires les plus fréquemment observés étaient une douleur à l’endroit de l’injection, des maux de tête, de la fatigue et des douleurs musculaires.

()

Ton opinion