Publié

Crise en UkraineLes Etats-Unis envoient des équipements militaires aux Baltes

Le but des Etats-Unis est de dissuader les Russes de menacer les pays baltes.

Au port de Riga, un soldat américain dirige un char de combat.

Au port de Riga, un soldat américain dirige un char de combat.

Ints Kalnins, Reuters

Les Etats-Unis ont envoyé plus de cent équipements militaires lourds, notamment des chars et d'autres véhicules de combat, aux trois ex-républiques soviétiques baltes, a-t-on appris le lundi 9 mars.

Le but est de renforcer leur capacité de défense et de dissuader les Russes d'éventuellement les menacer, a déclaré lundi à Riga le général américain John O'Connor.

Les livraisons via le port de la capitale lettone ont pour but de «montrer notre détermination au président (russe Vladimir) Poutine et à la Russie que nous pouvons réunir nos forces», a déclaré à l'AFP le général O'Connor, chargé du transport des équipements.

Les chars Abrams, les véhicules de combat Bradley et les véhicules Scout Humvees resteront en Estonie, en Lettonie et en Lituanie, tant que ce «sera nécessaire pour dissuader la Russie d'une agression», a-t-il souligné.

Membres de l'OTAN et de l'Union européenne depuis 2004, ces trois Etats baltes ont un faible potentiel militaire propre. La poussée de la Russie en Ukraine orientale et l'annexion de la Crimée en mars 2014 suscitent des inquiétudes dans ces pays rattachés de force pendant un demi-siècle à l'URSS.

Des récentes manœuvres militaires de la Russie dans la région de la Mer Baltique leur ont fait craindre que le Kremlin ne tente de les déstabiliser.

L'OTAN se renforce

Face à cette situation, l'OTAN est en train de renforcer ses capacités. Il a créé une nouvelle force de 5000 hommes rapidement mobilisables et six «centres de commandement» en Europe de l'Est, à proximité de la Russie, notamment en Estonie, Lituanie et Lettonie. «Nous montrons un front uni du nord au sud», a souligné le général O'Connor.

La présidente lituanienne Dalia Grybauskaite a déclaré la semaine dernière que son pays devait être capable de résister à une attaque par ses propres moyens pendant «au moins 72 heures», le temps que ses alliés soient en mesure de lui venir en aide.

(ats)

Votre opinion