Pandémie: Les États-Unis face à une poussée «préoccupante»

Actualisé

PandémieLes États-Unis face à une poussée «préoccupante»

La planète n'en a pas fini avec le coronavirus. Le FMI a prévenu mercredi que cette «crise pas comme les autres», non seulement était bien pire que prévu, mais que la reprise serait plus lente qu'espéré.

Les masques sont requis dans certains secteurs aux États-Unis.

Les masques sont requis dans certains secteurs aux États-Unis.

Keystone

La pandémie de Covid-19 enregistre une poussée «préoccupante» aux États-Unis et progresse toujours en Amérique latine, pesant lourdement sur l'économie mondiale dont le Fonds monétaire international doit actualiser mercredi les perspectives de croissance.

«Les deux prochaines semaines seront critiques» pour répondre aux poussées «préoccupantes» de contamination, a mis en garde le Dr Anthony Fauci, immunologiste en chef de la Maison-Blanche, se disant inquiet alors que plus de 32 000 cas avaient été diagnostiqués en 24 heures mardi. Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé par le Covid-19 avec 121 176 décès.

Record au Texas

L'État du Texas, qui a entamé son déconfinement dès début mai, a notamment enregistré 5000 nouvelles infections – un record depuis le début de la pandémie – poussant son gouverneur républicain, Greg Abbott, à appeler ses concitoyens à rester chez eux.

Aux Caraïbes et en Amérique latine, actuel épicentre de l'épidémie, le bilan a dépassé mardi les 100 000 morts, dont plus de la moitié au Brésil. Plus de 200 policiers péruviens sont morts et plus de 15 000 ont été contaminés en tentant de faire respecter le confinement dans ce pays qui figure parmi les plus touchés avec le Brésil, le Mexique et le Chili.

Quarantaine de 14 jours

Les Etats de New York, New Jersey et Connecticut demandent aux personnes venues de régions des Etats-Unis où la pandémie de coronavirus accélère de se soumettre à une quarantaine de 14 jours, ont annoncé mercredi leurs gouverneurs.

Les régions concernées sont déterminées en fonction d'indicateurs de santé publique, a indiqué le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, lors d'un point de presse, mentionnant neuf Etats.

Fuir en forêt

Au Brésil, où le dernier bilan fait état de 52 645 morts, des peuples indigènes ont fui dans la forêt pour échapper au coronavirus, d'autres ont bloqué l'accès de leurs villages. Ces efforts n'ont pas été suffisants pour stopper la pandémie: 24 habitants de la réserve d'Umariaçu ont été contaminés et deux sont morts.

«Le virus tue des chefs, des anciens et des guérisseurs, (…) et la pandémie risque de causer des dommages irréversibles à nos communautés et notre culture», a mis en garde l'Association des peuples indigènes du Brésil (APIB) lundi sur les réseaux sociaux un message destiné à encourager les jeunes autochtones à rester chez eux. Dans ce contexte inquiétant, la Colombie a décidé de prolonger le confinement jusqu'au 15 juillet.

Reconfinement

En Europe, l'Allemagne a reconfiné mardi plus de 600 000 personnes face à l'éruption d'un foyer de contamination dans le plus grand abattoir d'Europe, où plus de 1550 personnes ont été contaminées. Une situation qui provoque des craintes de nouvelle vague de contamination tout comme en Italie où les autorités médicales s'inquiètent du relâchement de la population face au danger du virus.

La vente de masques – introuvables au début du confinement – y est désormais en chute, selon la Fédération des pharmaciens italiens, tandis que les plages sont bondées et que les apéritifs festifs rapprochés se multiplient dans le pays qui a enregistré 34'657 morts.

La prudence est de mise aussi en Espagne, où la Catalogne est revenue sur sa décision d'autoriser la réouverture des discothèques, n'autorisant à danser que les personnes se connaissant déjà, et seulement dans des restaurants ou des hôtels.

Perspectives du FMI

Les nouvelles sur le plan économique ne sont guère plus réjouissantes. Le Fonds monétaire international a fait état mercredi de perspectives encore plus sombres que prévu pour l'économie mondiale. Le FMI a prévenu mercredi que cette «crise pas comme les autres», non seulement était bien pire que prévu, mais que la reprise serait plus lente qu'espéré.

Ainsi, l'économie mondiale devrait reculer de 4,9% cette année: bien plus que les 3% anticipés en avril en plein coeur de la pandémie, quand le FMI soulignait déjà qu'il s'agissait de la pire crise depuis la Grande Dépression des années 30. Et pour certains pays notamment en Europe, la contraction du Produit intérieur brut est vertigineuse: -12,5% pour la France, -12,8% pour l'Espagne et l'Italie. Concernant la Chine, d'où est parti, fin 2019, le virus mortel, l'institution de Washington ne prévoit désormais qu'un petit 1% de croissance, loin des 6,1% réalisés en 2019.

La bulle Bula

Le secteur du tourisme, particulièrement touché, multiplie les initiatives pour sortir de l'ornière, comme aux îles Fidji qui ambitionnent de créer une «bulle» avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande, au sein de laquelle les vacanciers pourraient voyager.

La «bulle Bula» – mot qui signifie «bonjour» en fidjien — offrirait une zone VIP dès la descente de l'avion aux touristes de ces deux pays qui seraient transportés dans une station balnéaire isolée. Elle «permettra aux Australiens et aux Néo-zélandais de profiter de ce que les Fidji offrent de mieux tout en restant à l'écart des autres voyageurs et de la population», a déclaré le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama.

La pandémie a fait 477'117 décès dans le monde, un nombre qui a doublé en moins de deux mois, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi à 08h25 heure suisse. Et plus de 9,2 millions de cas de contamination ont été enregistrés.

L'OMS prévoit 10 millions de cas la semaine prochaine

Le seuil des dix millions de cas de Covid-19 dans le monde devrait être atteint la semaine prochaine, a averti mercredi l'Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis Genève.

«Au cours du premier mois de cette épidémie, moins de 10'000 cas ont été signalés à l'OMS. Au cours du mois dernier, près de quatre millions de cas ont été signalés. Nous nous attendons à atteindre un total de dix millions de cas la semaine prochaine», a déclaré le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d'une conférence de presse virtuelle.

(ATS)

Ton opinion