Colombie: Les Etats-Unis réclament le narcotraficant «Don Ti»
Publié

ColombieLes Etats-Unis réclament le narcotraficant «Don Ti»

Un homme arrêté en Colombie, était associé à de grands cartels de la drogue qui ont expédié des tonnes de cocaïne vers les Etats-Unis et l'Amérique centrale.

«Don Ti» (au centre) a été appréhendé dans la ville de Tumaco, à la frontière avec l'Equateur.

«Don Ti» (au centre) a été appréhendé dans la ville de Tumaco, à la frontière avec l'Equateur.

La police colombienne a annoncé vendredi l'arrestation d'un narcotrafiquant qui s'était associé avec des cartels mexicains pour envoyer jusqu'à sept tonnes de cocaïne par mois en Amérique centrale et aux Etats-Unis. Les autorités américaines réclament son extradition.

L'homme surnommés «Don Ti» a été appréhendé dans la ville de Tumaco, à la frontière avec l'Equateur, a indiqué vendredi la police. Elle le considère comme l'un des principaux trafiquants de drogue de la région.

Des tonnes de cocaïne

Agé de 42 ans, il s'était allié, selon les autorités, avec les cartels mexicains de Sinaloa et Jalisco Nouvelle génération pour expédier des tonnes de cocaïne vers les Etats-Unis et l'Amérique centrale.

«Don Ti» dirigeait une organisation criminelle qui contrôlait tous les maillons de la chaîne du trafic de drogue, de la culture des feuilles de coca à la distribution des chargements de cocaïne. La drogue était transportée par route via l'Equateur, le Guatemala ou le Mexique, ou par bateau.

Un faux FARC

L'homme aurait aussi tenté de rejoindre les rangs de l'ancienne guérilla des FARC, signataire d'un accord de paix avec le gouvernement, selon la police.

Son statut de guérillero prenant part au processus de paix a été révoqué en juillet, selon le bureau du haut-commissaire pour la paix, car «les organismes chargés de vérifier les listes» ont découvert qu'il n'appartenait pas aux FARC.

Tumaco est la ville concentrant le plus de culture de drogue en Colombie, premier pays producteur et exportateur de cocaïne selon l'ONU. Elle est déchirée par les luttes entre groupes armés qui se disputent le trafic de drogue vers les Etats-Unis. Ces dernières semaines, au moins neuf paysans, indigènes et militants y ont été assassinés.

(ats)

Votre opinion