10.04.2013 à 07:50

USALes Etats-Unis votent sur les armes

La majorité démocrate du Sénat américain a annoncé mardi qu'un premier vote de procédure sur la réforme de la loi sur les armes à feu aurait lieu dès jeudi.

Un fusil AR-15.

Un fusil AR-15.

AFP

Le vice-président Joe Biden a dénoncé une menace d'obstruction «ahurissante» de la part des républicains.

«On dirait que maintenant, non seulement certains sénateurs ne veulent pas prendre position publiquement, mais ils sont prêts à empêcher quiconque de prendre position», a affirmé Joe Biden, chargé par le président Barack Obama en décembre de réfléchir aux pistes de réforme après la fusillade de l'école de Newtown en décembre.

«Le summum de cette tragédie serait qu'il n'y ait pas de vote. Imaginez à quoi nous aurions l'air», a ajouté le vice-président, qui est est apparu mardi à la Maison blanche avec des représentants des services de sécurité. Il avait auparavant reçu les familles de victimes de l'école de Newtown chez lui pour un petit déjeuner.

Nombreux obstacles

Le vote de jeudi n'est que le premier pas sur un chemin législatif jalonné d'obstacles en raison de l'opposition des élus républicains et des partisans du port d'armes, droit reconnu par le deuxième amendement de la Constitution.

Soixante voix sur cent seront nécessaires pour permettre l'ouverture des débats. Le groupe démocrate ne disposant que de 55 sièges, l'appui de plusieurs républicains est impératif pour que les projets de réforme survivent. Selon un comptage de plusieurs médias américains, cette barre de 60 voix semblait atteignable.

D'autres votes, sur le fond, auront ensuite lieu. Les démocrates veulent forcer les élus à se positionner, notamment sur une réforme qui recueille une vaste majorité d'opinions favorables dans la population: la généralisation des vérifications d'identité avant tout achat d'armes, y compris dans les foires spécialisées et sur internet.

«Une gifle»

Pour le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, «ce serait une gifle aux Américains de ne rien faire sur les vérifications d'antécédents, sur la sécurité à l'école, sur le trafic d'armes, alors que tout le monde trouve que c'est une bonne idée».

Treize sénateurs conservateurs ont toutefois menacé d'employer une méthode parlementaire d'obstruction, dite de «filibuster», pour empêcher l'ouverture des débats. Et, même si le Sénat accepte que le texte soit débattu, les démocrates seront encore loin d'avoir gagné la guerre, le Grand Old Party étant majoritaire à la Chambre des représentants.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!