Volkswagen: Les Européens ne sont pas à l'origine du scandale
Publié

VolkswagenLes Européens ne sont pas à l'origine du scandale

Un hebdomadaire allemand affirmait pourtant le contraire vendredi. L'ONG a démenti.

1 / 150
Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

AFP
Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Keystone
Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Keystone

L'organisation non gouvernementale (ONG) ICCT a démenti vendredi soir avoir été informée de la tricherie de Volkswagen par des fonctionnaires européens, comme un hebdomadaire allemand l'affirmait. C'est elle qui a fait éclater le scandale des moteurs truqués.

«ICCT n'a jamais été informé par quiconque d'une possible tromperie sur des tests d'émissions. Nous n'avons jamais conçu ou mené la moindre recherche pour trouver des logiciels truqueurs ou des preuves d'une tricherie», a déclaré un porte-parole de l'International Council of Clean Transportation.

Au courant depuis 2011

Selon l'hebdomadaire économique allemand WirtschaftsWoche, la Commission européenne était au courant depuis 2011 de manipulations dans les mesures d'émissions chez plusieurs constructeurs automobiles. L'un d'entre eux a prévenu les services du commissaire à l'Industrie de l'époque, l'Italien Antonio Tajani.

D'après le journal, les fonctionnaires mis au courant étaient «si frustrés de l'inaction de la Commission» qu'ils se sont tournés vers l'ICCT. «L'article prête à confusion», a observé une source proche de la Commission à Bruxelles, soulignant que dans la lettre adressée à Antonio Tajani en 2011 l'avertissement portait sur la pression des pneus (modifiée pour aider à passer les tests) et non sur la présence de logiciels de trucage, illégaux.

La Commission a indiqué, à plusieurs reprises, qu'elle était au courant du concept de logiciels truqueurs mais qu'elle n'a jamais constaté de fraudes. Quant aux divergences entre les mesures d'émissions pendant les tests de laboratoire et en conduite, elle a décidé d'y remédier en imposant des tests en condition réelle de conduite.

Huit mois de repli

La marque phare du groupe de Wolfsburg a, par ailleurs, livré 490'000 véhicules le mois dernier, soit 27'400 de moins qu'en octobre 2014. La firme accuse ainsi son huitième mois consécutif de baisse des ventes.

«La marque VW connaît des temps difficiles», a reconnu le directeur des ventes, Jürgen Stackmann. «Nous ne sommes pas seulement confrontés aux problèmes du diesel et du CO2, mais aussi à une situation tendue sur les marchés mondiaux.»

VW France perd son directeur

Le directeur de la marque Volkswagen en France, Arnaud Barral, va quitter le groupe le 23 novembre. Il s'agit toutefois d'une décision sans rapport avec l'affaire de trucage qui secoue le géant automobile allemand, a indiqué sa filiale française vendredi.

Arnaud Barral a pris la direction de la marque le premier janvier 2013. Il «a informé la firme de sa décision le 24 août dernier» et a décidé de «se lancer dans un nouveau projet professionnel», ajoute le communiqué.

Arnaud Barral a rejoint Volkswagen France, en mars 2010, en tant que directeur des ventes. Il sera remplacé par le directeur du marketing et de la communication Europe de Renault, Thierry Sybord.

(ats)

Votre opinion