21.05.2016 à 15:34

Crash du MH17Les familles des victimes poursuivent Poutine

Un cabinet australien a déposé une plainte auprès de la Cour européenne des droits de l'homme au nom de 33 personnes.

1 / 132
Un suspect ukrainien dans l'explosion du vol MH17 est retourné en Ukraine. Les Pays-Bas ont immédiatement demandé à la Russie l'extradition de cet homme soupçonné par les enquêteurs néerlandais d'avoir été impliqué dans le crash de l'avion. (2 décembre 2019)

Un suspect ukrainien dans l'explosion du vol MH17 est retourné en Ukraine. Les Pays-Bas ont immédiatement demandé à la Russie l'extradition de cet homme soupçonné par les enquêteurs néerlandais d'avoir été impliqué dans le crash de l'avion. (2 décembre 2019)

archive/photo d'illustration, AFP
Les dirigeants des 28 ont joint leurs voix jeudi à la pression internationale sur la Russie en l'exhortant à «coopérer pleinement» à l'enquête sur le crash du MH17. (Jeudi 21 juin 2019)

Les dirigeants des 28 ont joint leurs voix jeudi à la pression internationale sur la Russie en l'exhortant à «coopérer pleinement» à l'enquête sur le crash du MH17. (Jeudi 21 juin 2019)

AFP
L'équipe internationale d'investigation conjointe (Joint Investigation Team, JIT), conduite par les Pays-Bas et composée d'enquêteurs d'Australie, de Belgique, de Malaisie, des Pays-Bas et d'Ukraine, a dévoilé les «derniers développements de l'enquête» sur le crash. (Mercredi 19 juin 2019)

L'équipe internationale d'investigation conjointe (Joint Investigation Team, JIT), conduite par les Pays-Bas et composée d'enquêteurs d'Australie, de Belgique, de Malaisie, des Pays-Bas et d'Ukraine, a dévoilé les «derniers développements de l'enquête» sur le crash. (Mercredi 19 juin 2019)

Les familles des victimes du vol MH17 de la Malaysia Airlines, abattu alors qu'il survolait l'Ukraine en 2014, poursuivent en justice la Russie et son président, Vladimir Poutine, auprès de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), a rapporté le Sydney Morning Herald, samedi.

La demande d'indemnisation, à hauteur de 10 millions de dollars australiens (6,4 millions d'euros) pour chaque plaignant, a été déposée auprès de la CEDH basée à Strasbourg, par le cabinet australien LHD Lawyers le 9 mai, au nom de 33 proches australiens, néo-zélandais et malaisiens, selon le journal.

Abattu par un missile

298 passagers et membres de l'équipage, des Néerlandais pour la plupart, sont morts le 17 juillet 2014 après que leur avion, un Boeing 777 qui survolait l'est de l'Ukraine, parti d'Amsterdam et en route pour Kuala Lumpur, ait été abattu par un missile de fabrication russe.

Selon les documents déposés par LHD Lawyers, la Russie s'est appliquée à masquer son implication dans cet incident.

Une enquête internationale sur les causes du crash, coordonnée par le Bureau néerlandais d'enquête pour la sécurité (OVV), avait affirmé l'an dernier que l'avion avait été abattu par un missile sol-air de type BUK de fabrication russe depuis une zone tenue par les séparatistes prorusses.

En février, une enquête pénale a annoncé espérer pouvoir déterminer le lieu exact d'où serait parti le missile d'ici quelques mois.

Certaines familles envisagent également de poursuivre la Malaysia Airlines pour obtenir un dédommagement pour la perte de revenus ainsi qu'une compensation pour le traumatisme «psychologique» des proches, selon un avocat néerlandais.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!