Publié

Discothèque incendiéeLes familles enterrent leurs morts au Brésil

Quatre personnes en garde à vue ont répondu de la cascade de négligences à l'origine de la tragédie au Brésil, où les familles ont enterré leurs morts à 500 jours du coup d'envoi du Mondial de football.

Les enquêteurs de Santa Maria (sud) tentent de démêler l'écheveau des responsabilités dans le drame de la discothèque Kiss, où des centaines d'étudiants ont été pris au piège d'un nuage de fumée toxique provoqué par un spectacle pyrotechnique pendant un concert. Bilan : 231 morts.

La police a placé en garde à vue l'un des deux propriétaires, ainsi que deux membres du groupe de country brésilienne qui se produisait dans la discothèque : le chanteur, qui, selon les témoins, a provoqué l'incendie en jetant un feu de Bengale, et le responsable de la sécurité du groupe.

Dans l'après-midi, le second patron de la discothèque, également visé par un mandat d'arrêt, s'est livré à la police.

«Nous pensons que la cause la plus plausible de l'incendie est l'engin pyrotechnique utilisé par le groupe, qui aurait mis le feu au plafond», a déclaré le commissaire de police Sandro Meinerz.

Pendant sa garde à vue, l'un des patrons du Kiss a reconnu que sa licence était périmée depuis août, tout en ajoutant qu'il avait demandé son renouvellement, selon la police.

Question de la sécurité posée

Il a accusé le groupe musical d'être responsable de la tragédie. Ce dernier a enfin nié avoir ordonné aux vigiles du Kiss de bloquer la sortie de la discothèque au début du drame, et d'avoir retiré du local l'ordinateur disparu sur lequel sont enregistrées les images des caméras de sécurité de la discothèque, selon le commissaire Meinerz.

Cette accumulation pose fatalement la question de la sécurité des lieux publics au Brésil, qui s'apprête à accueillir des événements majeurs : Coupe des Confédérations en juin, Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) en juillet en présence du pape Benoît XVI, Mondial-2014 de football et Jeux Olympiques deux ans plus tard à Rio.

Le Comité olympique international (CIO) et la Fédération internationale de football (Fifa) ont cependant assuré n'avoir aucun doute sur la sécurité des Jeux et du Mondial.

La tragédie de Santa Maria «n'a rien a voir avec la sécurité des stades pendant la Coupe des Confédérations et du Mondial, a notamment affirmé le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke

A Santa Maria, et dans d'autres villes de la région, des familles ont enterré toute la journée leurs proches tués dans la tragédie.

Justice réclamée

Lundi soir, plusieurs milliers de personnes ont défilé en silence dans les rues de Santa Maria pour réclamer justice au nom des victimes de l'incendie.

Le cortège s'est arrêté devant la discothèque Kiss: les manifestants se sont assis dans la rue, observant une minute de silence, avant de hurler »justice, justice, justice!« et de lâcher des ballons blancs.

»Je sais bien que ma fille ne reviendra pas, mais il faut que quelqu'un paie pour tout ça«, a clamé Jorge Neves, père d'une des victimes.

Dans l'un des quatre cimetières de Santa Maria, qui ne désemplissait pas, résonnaient également les plaintes de parents éplorés, selon des journalistes sur place.

»Pourquoi ? Pourquoi ?«, se lamentait Juliana, inconsolable de la mort de son frère, Heitor Oliveira, appuyée au bras de sa mère qui la suppliait d'accepter la tragédie.

Sur les 116 blessés, 80 restaient hospitalisés dans un état grave, dont 14 grands brûlés admis à Porto Alegre, la capitale du Rio grande do Sul, selon le ministre de la Santé, Alexandre Padilha.

(AFP)

Votre opinion