Jura: Les fanfares changent de costumes

Publié

JuraLes fanfares changent de costumes

Les formations sont en perte d’effectifs, ce qui ne les empêche pas de renouveler leurs habits.

par
Vincent Donzé
Les jubilaires de 25 ans de musique portent le nouvel uniforme de la fanfare de Courtételle, le 12 juin dernier à Bienne: de g. à dr., Christelle, Mélanie, Hubert et Adline.

Les jubilaires de 25 ans de musique portent le nouvel uniforme de la fanfare de Courtételle, le 12 juin dernier à Bienne: de g. à dr., Christelle, Mélanie, Hubert et Adline.

DR

Les œillets sont réservés aux jubilaires, mais la cravate sied à tous les musiciens de la fanfare de Courtételle (JU). Le costume est tout neuf: il est une réponse positive à la réduction des effectifs accentuée par la pandémie qui pénalise les fanfares jurassiennes, même si la moyenne d’âge de 30 ans est réjouissante.

Le président de la fanfare de Courtételle l’a dit au «Quotidien Jurassien»: «L’uniforme créé une identité, soude l’ensemble». Dans cette commune, il datait de 2001. Il n’était ni démodé, ni même usé, pas même sous les coudes, mais commençait à se faire «un peu vieillot». Et surtout, il manquait du tissu pour les retouches!

Une marche

Un uniforme coûte entre 1200 et 2000 francs, multiplié à Courtételle par 48 musiciens. L’investissement est, selon le président de la fanfare, «conséquent». Il y a la Loterie Romande, mais surtout un donateur qui a versé 80 000 francs, ce qui lui a valu l’interprétation d’une marche dédiée à sa personne.

Les indispensables sont les pantalons, le veston, la ceinture, la chemise et la cravate, obligatoire pour les concours. Le nœud papillon est une option choisie à Courtételle: «Le nœud dans une soirée de gala, ça fait mieux», relève Raphaël Ory.

Qui décoiffe

Le gilet et la casquette «qui décoiffe les filles» sont des options écartées dans cette fanfare: «Ça renchérit le prix», dit le président. L’uniforme de Courtételle a coûté 1700 francs, après un vote clair des musiciens: 47-0.

Il y a la couleur qui vire désormais sur le vert, préférée aux variantes roses et rouges, mais il y a aussi la coupe. «La nouvelle tenue est un peu moins militaire et un peu plus smoking», analyse Raphaël Ory.

«Les musiciens préfèrent se produire en concert qu’en défilé», indique Raphaël Ory. C’est sur scène que le nouvel uniforme aubergine et anthracite a été inauguré, des couleurs proches par hasard de celles du FC Courtételle.

Le paletot

S’il pleut, la qualité du tissu autrichien fera que l’eau n’imprégnera pas les costumes. «L’eau ruisselle sur le paletot», résume Raphaël Ory. La nécessité soulignée par le président réside dans une réserve de tissu, nécessaire lorsqu’un musicien prend du poids ou que son successeur a de l’embonpoint…

À Courtételle, une couturière s’occupe des raccommodages. Président de la fanfare, Raphaël Ory était à Londres après le Festival des sociétés de musique du district de Delémont pour assister à un concert de… Queen! Les costumes des rockers britanniques n’étaient pas réalisés par l’entreprise schwytzoise «Schuler Uniformen», à Rothenthurm, mais le président de la fanfare a pris son pied.

Dans le Jura, la fanfare des Pommerats vient aussi de changer son uniforme. Elle non plus n’avait plus de réserve de tissu. La société a investi 80 000 francs en contactant le même fournisseur schwytzois que la fanfare de Courtételle, mais la teinte choisie vire plutôt sur le violet.

Ton opinion

9 commentaires