Commentaire - Les femmes dans l’armée: oui, mais à quel prix?
Publié

CommentaireLes femmes dans l’armée: oui, mais à quel prix?

Vouloir doubler les effectifs de l’armée de milice en astreignant les femmes au service obligatoire va coûter des milliards. Est-ce bien nécessaire?

par
Eric Felley
En voulant intégrer les femmes dans l’armée de milice, c’est aussi risquer d’en doubler le coût…

En voulant intégrer les femmes dans l’armée de milice, c’est aussi risquer d’en doubler le coût…

DDPS

L’armée obligatoire pour les femmes! La revendication de la Société suisse des officiers (SSO) a fait l’effet d’une petite bombe ce dimanche dans l’actualité. Selon les officiers, cette intégration est un projet «important et urgent pour l’avenir de l’armée de milice». Quelle urgence militaire y a-t-il à obliger les femmes à servir dans les prochaines années? On peut se poser la question, mais les officiers ont sans doute de bonnes réponses.

La démarche de la SSO n’est pas un hasard et on peut soupçonner ici un peu d’opportunisme. Depuis son arrivée à la tête du DDPS, Viola Amherd a mis les grands moyens pour féminiser l’image de l’armée. Cependant, la proportion des femmes volontaires stagne autour de 1% de l’effectif. Les officiers semblent vouloir faire du zèle en faisant de leur intégration un projet prioritaire, tout en sachant que cette évolution sera pleine d’obstacles.

Le droit d’aller à l’école de recrues

Cette proposition paraît aussi à contre-courant. Il y a un grand décalage entre les revendications féminines dans la société civile et la volonté d’une société d’officiers de vouloir doubler les effectifs de l’armée. Égalité des droits et des devoirs, disent-ils. Cependant, dans son parcours politique, Viola Amherd sait très bien que les femmes se sont battues pour leurs droits, mais pas celui d’aller à l’école de recrues pour respirer l’air trouble des casernes.

Au-delà des grands principes, l’obstacle principal d’une telle évolution serait son coût. Actuellement la troupe est composée d’environ 140 000 hommes (dont 1500 femmes) et son budget est de 4,5 milliards (2020). En faisant passer l’armée de milice à 280 000 personnes, il faudrait augmenter son budget de plusieurs milliards. Quelle urgence y a-t-il à cela et pour quel résultat? Cela promet de sérieux arbitrages au Parlement, si la question devait y arriver un jour. Et devant le peuple aussi.

Votre opinion

142 commentaires