Publié

AVSLes Femmes socialistes refusent la retraite à 65 ans

En réunion samedi, elles ont rejeté la réforme «Prévoyance vieillesse 2020» de leur conseiller fédéral Alain Berset qui veut relever l'âge de la retraite à 65 ans pour les femmes.

Les femmes socialistes réclament d'abord l'égalité salariale avant de parler d'un âge de la retraite à 65 ans.

Les femmes socialistes réclament d'abord l'égalité salariale avant de parler d'un âge de la retraite à 65 ans.

Keystone

Lors de leur conférence organisée samedi, les Femmes socialistes suisses ont décidé de répondre négativement à la consultation sur la réforme «Prévoyance vieillesse 2020» de leur conseiller fédéral Alain Berset. Elles ne veulent rien savoir d'un relèvement de l'âge de la retraite à 65 ans.

Pour mémoire, le Conseil fédéral veut épargner 1 milliard de francs en relevant l’âge de la retraite des femmes à 65 ans et augmenter le taux de conversion. A ceci s’ajoutent 100 millions de francs d’économies sur les rentes de veuves, ont souligné les Femmes socialistes dans un communiqué.

Pour elles, investir 390 millions de francs dans des mesures de transition destinées à permettre aux revenus modestes de prendre une retraite anticipée est une compensation loin d’être suffisante.

D'abord l'égalité salariale

Le salaire et l’accès à un travail rémunéré influent directement sur les rentes. Raison pour laquelle il convient d’abord de parvenir à l‘égalité salariale et à concilier vie familiale et professionnelle avant de pouvoir envisager de relever l’âge de la retraite des femmes. Le groupe parlementaire du PS rejette le projet pour les mêmes raisons.

Par ailleurs, ces deux objectifs doivent être liés afin que des progrès mesurables sur le plan de l’égalité salariale aient un impact sur l’âge de la retraite. A défaut, cette réforme se traduira par une pure et simple mesure d’économie au détriment des femmes.

Les Femmes socialistes saluent toutefois l’abaissement de la déduction de coordination du 2e pilier dans la mesure où elle profitera tout particulièrement aux personnes travaillant à temps partiel.

Oui aux salaires minimum

En vue des votations du 18 mai prochain et toujours dans la perspective de renforcer l’égalité salariale, les Femmes socialistes se sont par ailleurs prononcées à l’unanimité en faveur de l’initiative sur les salaires minimums.

Comme trois quarts des personnes concernées par des bas salaires sont des femmes, améliorer leur revenu et leurs rentes futures constitue une étape essentielle vers la concrétisation de l’égalité entre les sexes.

Votre opinion