Suisse: Les femmes sont plus prudentes au volant
Publié

SuisseLes femmes sont plus prudentes au volant

Le nombre d'accidents chez les hommes et les femmes est à peu près le même. Mais ceux provoqués par les hommes sont beaucoup plus graves.

La probabilité de se blesser grièvement ou de trouver la mort dans un accident est nettement plus élevée du côté des hommes.

La probabilité de se blesser grièvement ou de trouver la mort dans un accident est nettement plus élevée du côté des hommes.

Keystone

Les femmes semblent conduire mieux que les hommes, d'après les statistiques qui viennent tordre le cou à certains clichés. Au volant, la gent féminine se montre de manière générale plus prudente et prend moins de risques, explique un psychologue du trafic.

«Femme au volant: plus disciplinée, mais moins routinière que l'homme». Telle est la conclusion du Bureau de prévention des accidents (bpa) en 2011 à l'occasion des 40 ans du droit de vote des femmes en Suisse.

«De manière générale, les femmes continuent de moins conduire que les hommes, soit environ 30%, et ont donc moins d'expérience», dit à l'ats Uwe Ewert, psychologue du trafic auprès du bpa. Elles ne disposent pas de certains facteurs de risque, contrairement aux hommes.

«Elles conduisent beaucoup moins vite, et moins souvent sous l'influence de l'alcool. Ce sont les deux facteurs de risque qui distinguent clairement les deux sexes sur la route», souligne la spécialiste.

Le nombre d'accidents chez les hommes et les femmes est à peu près le même lorsqu'il est mis en relation avec les kilomètres parcourus. «Mais les accidents causés par les hommes sont beaucoup plus graves que ceux engendrés par les femmes. La probabilité de se blesser grièvement ou de trouver la mort est nettement plus élevée du côté de la gent masculine. Il s'agit de la conséquence spécifique au sexe la plus manifeste», poursuit le psychologue.

Il y a donc des différences de conduite, mais celles-ci s'expliquent en grande partie par le fait que les deux sexes ne prennent pas autant part au trafic routier et par ces deux facteurs de risque principaux, résume Uwe Ewert.

Permis pour un tiers

En 1974, 63% des hommes possèdent un permis de conduire, contre 36% des femmes. Aujourd'hui, ces chiffres s'élèvent à 88%, respectivement à 76%, selon l'Office fédéral de la statistique. Concernant le nombre de kilomètres parcourus, qui joue un rôle dans la probabilité des accidents, il est de 28 par jour chez les hommes en 2015, contre tout juste 20 chez les femmes.

Les femmes conduisent cependant beaucoup moins souvent sur l'autoroute, où le risque d'accident est le plus faible. Ce constat se confirme par le fait que de nombreuses conductrices causent des accidents aux croisements dans les localités.

Deux fois plus d'accidents

Statistiquement, les hommes sont deux fois plus nombreux que les femmes à être impliqués dans un accident grave, selon une analyse du Bureau de prévention des accidents (bpa). L'an dernier, c'était le cas de 2600 hommes contre 1400 femmes. Les routes ont fait 216 morts: 151 hommes et 65 femmes.

Les accidents impliquant des hommes ont souvent des conséquences lourdes. En cas de dommages corporels, la probabilité de blessures mortelles est deux fois plus grande chez les hommes. Le nombre de décès sur 10'000 dommages corporels s'élève à 166 chez les hommes et à 79 chez les femmes.

Les conductrices sont deux fois moins nombreuses que les hommes à être impliquées dans les accidents graves en tant que conductrices principales responsables ou coresponsables. Les accidents graves causés par des femmes sont pour la plupart dus au non-respect de la priorité: ils sont trois fois plus fréquents que ceux dus à l'inattention ou la vitesse et huit fois plus que ceux dus à l'alcool.

Chez les hommes, le non-respect de la priorité est également la cause la plus fréquente des accidents, mais elle n'est que deux fois plus élevée que l'inattention, la vitesse ou l'alcool.

(ats)

Votre opinion