Statistiques - Les femmes sont toujours le moteur des tâches domestiques
Publié

StatistiquesLes femmes sont toujours le moteur des tâches domestiques

Les dames sont celles qui s’investissent le plus dans le fonctionnement de la maisonnée mais leurs partenaires masculins progressent significativement.

par
gma/mem
Photo d’illustration.

Photo d’illustration.

Getty images

La société évolue mais les habitudes ont la vie dure: les femmes continuent d’assumer principalement les tâches domestiques et familiales tout en travaillant davantage à temps partiel que les hommes. Elles y consacrent 28,7 heures par semaine contre 19,1 heure pour les hommes. Néanmoins, la gente masculine s’investit de plus en plus: 16,2 heures en 2010; 17,9 heures en 2016 étaient dévolues aux tâches liées au bon fonctionnement de la maisonnée.

1 / 3
OFS
OFS
OFS

A l’inverse, les hommes passent presque 10 heures de plus à travailler contre rémunération que les femmes: 25, 3 heures par semaine pour les premiers contre 15, 8 heures pour les secondes.

Lessive et repassage pour les femmes, bricolage pour les hommes

Parmi les tâches domestiques, la préparation des repas est toujours celle qui requiert le plus de temps (7,8 heures par semaine pour les femmes en 2020, 4,5 heures par semaine pour les hommes). Vient ensuite le nettoyage (4,5 heures par semaine pour les femmes, 2,1 heures par semaine pour les hommes). Les achats prennent en moyenne 2,1 heures par semaine aux femmes et 1,9 heure aux hommes.

La lessive et le repassage restent clairement du ressort des femmes: elles y consacrent 2,0 heures par semaine, contre 0,6 heure pour les hommes. Depuis 2010, on observe toutefois chez les hommes une nette augmentation du temps investi dans la préparation des repas, vaisselle comprise (+1,7 heure par semaine) et, dans une moindre mesure, dans le nettoyage et les rangements (+0,5 heure par semaine).

Forte charge pour les couples avec enfants

Les mères vivant dans un ménage de couple dont l’enfant le plus jeune a moins de 15 ans ont investi en moyenne 69,7 heures par semaine en 2020 dans le travail rémunéré et non rémunéré (tâches domestiques et familiales: 52,3 heures; travail rémunéré: 16,1 heures; travail bénévole organisé ou informel: 1,3 heure).

Les pères se trouvant dans la même situation familiale avaient une charge de travail de 68,1 heures par semaine. Cette charge se compose de 35,4 heures de travail rémunéré, de 31,7 heures de tâches domestiques et familiales et de 1,0 heure de travail bénévole.

Les mères élevant seules des enfants dont le plus jeune a moins de 15 ans ont consacré en moyenne 68,4 heures par semaine au travail rémunéré et au travail non rémunéré: 46,7 heures aux tâches domestiques et familiales, 20,4 heures au travail rémunéré et 1,3 heure au travail bénévole.

Les clichés ont la vie dure: les femmes dédient 2,6 heures par semaine aux animaux, aux plantes et au jardinage, les hommes 1,9 heure. Ces derniers devancent les femmes dans les travaux manuels (1,6 heure contre 1,0 pour les femmes). La répartition des tâches administratives est plus ou moins équitable (1,4 heure par semaine pour les hommes, 1,3 heure pour les femmes).

Quatre personnes sur dix effectuent du travail bénévole

En 2020, 41,0% de la population de 15 ans ou plus a accompli au moins un travail bénévole (organisé ou informel) pendant 4,1 heures en moyenne par semaine. En 2016, 42,7% de la population avait donné en moyenne 4,3 heures par semaine de son temps pour du bénévolat.

Les mesures prises pour protéger la population contre la pandémie de Covid-19 ont restreint le travail bénévole organisé (au sein d’associations ou d’organisations) en 2020. Cela s’est ressenti avant tout dans les associations sportives et culturelles, où la participation a baissé, passant de respectivement 6,2% et 4,5% en 2016 à 5,0% et 3,5% en 2020.

Par rapport à 2016, les prestations d’aide informelle ont augmenté parmi les 25 à 64 ans, mais diminué chez les 65 ans ou plus. Une évolution qui s’explique par les restrictions concernant les contacts et la mobilité en général destinées notamment à protéger la population âgée dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Votre opinion

43 commentaires