Agriculture – Les fermes Bio Suisse n’auront plus le droit de tuer des poussins males d’ici 2026
Publié

AgricultureLes fermes Bio Suisse n’auront plus le droit de tuer des poussins mâles d’ici 2026

L’assemblée des délégués a exigé l’interdiction de la technologie in ovo pour déterminer le sexe des poussins dans les fermes qui possèdent le label bio.

par
Christine Talos
En centrant l’effort sur la poule à deux fins, l’agriculture biologique rassemble de nouveau la production d’œufs et de viande qui avaient été séparées, suite à l’intensification de l’agriculture, estime Bio Suisse.

En centrant l’effort sur la poule à deux fins, l’agriculture biologique rassemble de nouveau la production d’œufs et de viande qui avaient été séparées, suite à l’intensification de l’agriculture, estime Bio Suisse.

Bio Suisse

Il n’y aura plus d’abattage de poussins mâles dans les fermes labellisées Bio Suisse dès 2026. Les délégués de l’association, réunis en assemblée, en ont décidé ainsi mercredi. Ils demandent aussi que la Suisse mette fin à la technologie in ovo pour déterminer le sexe des petits dans l’œuf. Tous les œufs devront être incubés et les petits mâles engraissés, réclament-ils.

La fédération mise sur les races de poules à deux fins, indique Bio Suisse, dans un communiqué. La focalisation sur la poule à deux fins et l’interdiction simultanée de l’in ovo montrent une voie claire qui peut être portée par toute la branche et à la fin aussi par les consommateurs, estime Urs Brändli, du comité.

Prix de l’œuf bio en hausse

Selon Bio Suisse, le passage aux races de poules à deux fins présente quand même des inconvénients. En effet, ces poules et poulets consomment davantage d’aliments pour fournir les mêmes produits. C’est la raison pour laquelle l’association veut participer aux efforts de recherche pour une valorisation des aliments aussi bonne que possible.. Et de citer l’Autriche où le secteur bio a renoncé depuis 2015 à tuer des poussins.

La moins grande productivité des poules à deux fins aura également des répercussions sur le prix. Les œufs bio vont donc sans doute renchérir. Un renchérissement moindre en ce qui concerne l’engraissement des poulets. Les poussins mâles pourront en effet être engraissés dans le cadre des installations existantes, précise Bio Suisse.

Mais en centrant l’effort sur la poule à deux fins, l’agriculture biologique rassemble de nouveau les productions d’œufs et de viande qui avaient été séparées suite à l’intensification de l’agriculture, souligne Bio Suisse. Cela signifie de grands changements pour le marché des œufs et du poulet. Avec une part de marché de 29 %, l’œuf bio est le produit bio qui a le plus de succès, rappelle-t-elle.

Pour rappel, la Suisse pratique, comme nombre d’autres pays, l’abattage des poussins mâles. Ceux-ci sont considérés comme inutiles d’une part parce qu’ils ne pondent pas d’œufs, et d’autre part parce que seuls les reproducteurs des élevages sont nécessaires pour fertiliser les œufs. Les poussins mâles sont donc généralement euthanasiés, peu après leur éclosion. Quelque 40% d’entre eux sont ensuite utilisés comme aliments pour les rapaces, notamment dans les zoos. Les autres finissent dans des usines de biogaz.

Votre opinion

3 commentaires