29.07.2020 à 00:29

Cinéma

Les films passeront plus vite du grand au petit écran

Jusqu’ici, 90 jours s’écoulaient aux États-Unis entre la projection d’un film et sa sortie en numérique. Un nouvel accord ramène ce délai à 17 jours.

Le film «La La Land»projeté dans un drive-in, à Séville en Espagne, le 11 juillet 2020.

Le film «La La Land»projeté dans un drive-in, à Séville en Espagne, le 11 juillet 2020.

AFP

Ils étaient en guerre depuis la fin avril sur les délais entre la sortie d’un film dans les salles et sa diffusion en streaming: AMC, numéro un des cinémas aux États-Unis, et les studios Universal, ont annoncé mardi un accord «historique» en la matière.

Jusqu’à présent, l’usage voulait aux États-Unis qu’un délai de 90 jours s’écoule entre la première projection d’un film et sa sortie sur un quelconque format numérique (DVD, vidéo à la demande). L’accord «pluri-annuel» conclu entre Universal et AMC ramène ce délai à 17 jours, selon un communiqué des deux groupes.

«L’expérience en salles continue d’être le cœur de notre activité. Le partenariat forgé avec AMC est animé par notre désir mutuel d’assurer un avenir prospère à l’écosystème de la distribution de films et de satisfaire la demande des consommateurs», déclare dans le communiqué Donna Langley, présidente d’Universal Pictures.

Secteur en difficulté

«AMC accueille avec enthousiasme ce nouveau modèle industriel», assure de son côté le directeur général de la plus importante chaîne de salles de cinéma d'Amérique du Nord, avec 8000 écrans. «La vidéo à la demande premium ajoute au potentiel de rentabilité des studios de cinéma, ce qui devrait à son tour se traduire par la sortie de films en plus grand nombre», estime Adam Aron.

À la fin avril, Adam Aron avait pourtant vivement critiqué Universal, qui avait exprimé son intention de sortir ses films à la fois en salles et sur les plateformes de VOD, même une fois la pandémie de Covid-19 passée. AMC avait même écrit aux studios pour les avertir qu’il ne projetterait «plus aucun film Universal dans ses cinémas» par mesure de rétorsion.

Les termes de l’accord annoncé mardi, qui survient alors que l’industrie cinématographique mondiale est mise en difficulté par la crise sanitaire et le confinement, restent «confidentiels», insiste le communiqué. Mais les deux groupes vont commencer dans les semaines à venir des «discussions autour des accords de distribution dans les pays européens et du Moyen-Orient», où AMC est implanté, précisent-ils.

L’an dernier, les cinémas ont engrangé des profits records, à hauteur de 42,5 milliards de dollars (39 milliards de francs), à la faveur notamment d’une série de grosses productions Disney. Mais l’essentiel de leur croissance s’est fait hors d'Amérique du Nord. Les exploitants de salles voient depuis longtemps d’un mauvais œil l’engouement des spectateurs pour les services de streaming.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!