Himalaya - Les forêts du Népal transformées en brasiers
Publié

HimalayaLes forêts du Népal transformées en brasiers

La qualité de l’air à Katmandou a été classée mardi comme la pire au monde en raison des incendies que connaît le pays, les pires depuis une décennie.

En raison des feux de forêt qui font rage à travers le pays, la capitale népalaise Katmandou est recouverte d’une épaisse fumée.

En raison des feux de forêt qui font rage à travers le pays, la capitale népalaise Katmandou est recouverte d’une épaisse fumée.

REUTERS

Le Népal connaît sa pire saison de feux de forêt depuis près de dix ans, d’énormes brasiers faisant rage à travers le pays, enveloppé d’une nuée brunâtre, selon les autorités.

La qualité de l’air dans la capitale Katmandou a été classée mardi comme la pire au monde, selon le site de surveillance IQAir, et certains vols internationaux ont été retardés alors qu’une épaisse fumée recouvrait la ville.

Le porte-parole de l’Autorité nationale de réduction et de gestion des risques de catastrophes, Uddav Prasad Rijal, a déclaré que le nombre de feux de forêt signalés cette saison était le plus élevé depuis la création des registres les répertoriant, il y a neuf ans. Les pompiers s’efforçaient de maîtriser les flammes, ont indiqué des responsables.

14 fois plus nombreux qu’en 2020

Plus de 2700 feux de forêt ont été signalés dans le pays depuis novembre, soit 14 fois plus qu’à la même période l’an passé. Selon Uddav Prasad Rijal, la saison hivernale entre novembre et février a été plus sèche que d’habitude, ce qui a accru le risque. Les agriculteurs ont également brûlé des parties de terres boisées pour faire pousser de l’herbe afin de nourrir leur bétail, a-t-il ajouté.

Dans le district de Bara, dans le sud du Népal, un villageois a déclaré que sa maison était «étouffée par la fumée» depuis une semaine alors que le feu faisait rage dans une forêt locale. «C’est le pire feu de forêt que j’ai vu dans ma vie. Il devrait y avoir un moyen pour mieux le contrôler», a affirmé Bharat Ghale, 60 ans.

Le réchauffement climatique en cause

Selon un expert climatique, Madhukar Upadhya, il était «inévitable» qu’il y ait davantage d’incendies, car les hivers népalais deviennent plus secs en raison du changement climatique. «Il faut travailler pour réduire le risque d’incendie au niveau des communautés qui doivent être équipées pour lutter lorsqu’un feu de forêt se produit», explique-t-il.

La semaine dernière, les écoles ont été fermées pendant quatre jours après que la qualité de l’air avait atteint des niveaux dangereux.

(AFP)

Votre opinion