Publié

PoubellesLes fraudeurs de la taxe au sac empoisonnent le quotidien des concierges

Les régies demandent à leurs gardiens d'immeubles de raisonner les resquilleurs qu'ils réussissent à identifier, voire de les dénoncer.

par
Le Matin Dimanche
Mario Centelighe est concierge dans le quartier des Boveresses, à Lausanne.

Mario Centelighe est concierge dans le quartier des Boveresses, à Lausanne.

Yvain Genevay

Dans le quartier des Boveresses, à Lausanne, le concierge Mario Centelighe mise sur l'information et le dialogue. En trois semaines, il a réuni avec son collègue six conteneurs de 800 litres remplis de sacs-poubelle non conformes. Dans ce quartier populaire de Lausanne composé de 230 appartements où cohabitent des dizaines de langues et de nationalités différentes, l'information sur l'entrée en vigueur de la taxe au sac au 1er janvier peine à passer auprès d'une minorité d'habitants, estime le gardien.

Alors que les gérances comptent sur leurs concierges pour identifier et raisonner les fraudeurs, voire les dénoncer, Mario Centelighe mise sur le dialogue. Mais la chasse aux resquilleurs pourrait bien s'intensifier car, comme le précise Carine Chafik, juriste au Service d'assainissement de la Ville, «l'élimination des déchets non conformes ne doit pas être à charge de la collectivité. On ne va pas aller dans les immeubles chercher les sacs noirs qui s'y trouvent. C'est aux gérances de régler cela avec leurs locataires.»

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel.

Ton opinion