News piquantes: Les gauchistes poussent les Valaisans aux subsides

Publié

News piquantesLes gauchistes poussent les Valaisans aux subsides

Des radins, des tourne-vestes, des malpolis, des secoués et un petit menteur: il n'y pas que du beau monde dans l'actu décalée du jour.

par
Le Matin
Tu n'as pas droit aux subsides en Valais ou à Neuchâtel? T'as qu'à gagner moins!

Tu n'as pas droit aux subsides en Valais ou à Neuchâtel? T'as qu'à gagner moins!

iStock/Le Matin

Si on ne peut même plus décider qui sont nos pauvres, où va-t-on? Pourtant, selon les socialistes, plusieurs cantons privent une partie de leur population du droit à recevoir des subsides de l'assurance-maladie, tout simplement en fixant la limite de salaire qui y donne droit beaucoup trop bas. Le Tribunal fédéral venant de sommer Lucerne de corriger le tir, le PS saute sur l'occasion et au cou de ceux qui mégoteraient avec leurs bas revenus. Dont le Valais et Neuchâtel, visiblement mauvais payeurs. Ah, ces socialos, ils ne veulent que des assistés. Alors qu'un tantinet de culpabilisation du citoyen, ça marche aussi: si chacun faisait un petit effort pour être riche et en bonne santé, on pourrait se concentrer sur les sujets sérieux.

Michel Pralong

----------

Flûte, mon parti à fondu

Ex-égérie des Gilets jaunes, Jacline Mouraud n'a toujours pas modifié l'orthographe de son prénom. Mais elle a fondé dimanche son nouveau parti: Les Émergents. Un parti qui ne sera probablement pas constitué de lève-tôt... Et à qui on prédit un destin de glacier.

Renaud Michiels

----------

À cheval sur l'étiquette

Interrogée hier soir au «19:30», notamment sur le temps partiel, la directrice romande d'Économie Suisse, Cristina Gaggini, n'avait visiblement pris que partiellement le temps de s'habiller. Si l'on en croit les étiquettes de sa jaquette, comme l'a posté un Internaute sur les réseaux sociaux, celle-ci était à l'envers. De là à penser qu'elle a retourné sa veste pour passer du côté syndical, c'est peut-être un peu tôt. Mais si elle va jusqu'à rejoindre les gilets jaunes, qu'elle fasse un peu attention avant d'en enfiler un.

Michel Pralong

----------

Un prince Archie bizarre

Le Sun relate la rencontre d'une dame, promenant son chien, avec le prince George. Le fils de William et Kate était avec sa grand-mère maternelle (et des gardes du corps). Comme il est venu caresser le chien, la dame a voulu être polie et lui a demandé son nom , alors qu'elle l'avait reconnu. Ce qui est déjà un poil curieux, mais avec les Anglais et leurs formules de politesse à l'envers,on ne sait jamais. Avec un grand sourire, le gamin a répondu: Archie! Quoi? Alors: 1) Le prince n'est pas très éveillé et ne connaît pas son nom. 2) Il ment et alors c'est Archie faux. 3) On nous ment et il s'appelle en fait Archie. 4) Quand il sort, George a une doublure. Quelle histoire!

Michel Pralong

----------

Bon appétit

Un homme de Narbonne avait inscrit des tags injurieux envers Emmanuel Macron: «Macron décapitation», «Mange tes morts»… Il a été identifié et condamné à effectuer un stage de citoyenneté et à écrire une lettre d'excuses au président français. On l'imagine déjà corriger le tir: «Cher M. Macron. Désolé pour mes tags. Gardez la tête sur les épaules. Mangez des vivants. Cordialement.»

Renaud Michiels

----------

Rien n'a branlé!

En 2018, il y a eu plus 900 séismes dans notre pays. Peu remué, le Service sismologique suisse qualifie pourtant l'année de «moyenne». Oui, parce qu'en fait, seul 25 tremblements de terre étaient d'une magnitude supérieure à 2,5, limite à laquelle on les ressent. Comme quoi, la Suisse tremble peut-être, mais le Suisse, lui, ne bouge pas. Quel cran!

Michel Pralong

----------

Plantigrade du bide

Claverina et Sorita, deux ourses slovènes, avaient été lâchées en octobre dans les Pyrénées. Elles vont bien et après avoir constitué des réserves, elles sont officiellement entrées en hibernation, indique ce lundi l'Office national français de la chasse et de la faune sauvage. Comment ils le savent? On les entend ronfler?

Renaud Michiels

----------

Les papas sont aux langes

C'est donc fait, les fonctionnaires neuchâtelois ont désormais 4 semaines de congé paternité. Une mesure qui en inquiète certains question financement. Mais qu'ils se rassurent:

Michel Pralong

Ton opinion