Actualisé

Massacre en Haute-SavoieLes gendarmes élargissent le périmètre des recherches

Vingt-cinq gendarmes ont repris des recherches sur une zone élargie autour des lieux de la tuerie de Chevaline afin de récolter d'éventuels indices. Les polices de Suisse et d'Italie ont aussi été mobilisées.

1 / 63
Le motard aperçu à proximité des lieux de la tuerie de Chevaline (F) en septembre 2012 est disculpé par les enquêteurs.

Le motard aperçu à proximité des lieux de la tuerie de Chevaline (F) en septembre 2012 est disculpé par les enquêteurs.

AFP
L'ex-mari américain caché d'Iqbal al-Hilli est mort le jour même de la tuerie. Le procureur d'Annecy Éric Maillaud a confirmé cette information. (8 juillet 2014)

L'ex-mari américain caché d'Iqbal al-Hilli est mort le jour même de la tuerie. Le procureur d'Annecy Éric Maillaud a confirmé cette information. (8 juillet 2014)

AFP
Un ancien légionnaire et ancien parachutiste, entendu dans le cadre de l'enquête sur le quadruple meurtre de Chevaline en avril 2013, s'est suicidé mardi en expliquant notamment son geste par le fait que son audition l'avait perturbé. (4 juin 2014)

Un ancien légionnaire et ancien parachutiste, entendu dans le cadre de l'enquête sur le quadruple meurtre de Chevaline en avril 2013, s'est suicidé mardi en expliquant notamment son geste par le fait que son audition l'avait perturbé. (4 juin 2014)

AFP

«On a repris les recherches pour quadriller plus largement le secteur sur une zone de 4 km2», a expliqué le colonel Bertrand François, commandant le groupe de gendarmerie de Haute-Savoie.

Vingt-cinq hommes de la compagnie d'Annecy, commandés par le chef d'escadron Sylvain Hamel, étaient d'ores et déjà sur les lieux samedi matin.

«Ils vont inspecter les cabanes autour, tous les lieux possibles», a ajouté le colonel. «Il n'y a pas d'indice qui nous permet de dire qu'il y a quelque chose à trouver, mais on le fait par souci de méthode», a-t-il précisé.

Police suisse mobilisée

«Tous les pays frontaliers ont été mobilisés. L'Italie est à une heure trente, la Suisse à une heure. Les enquêteurs ont sollicité l'assistance des pays voisins», a déclaré le procureur de la République d'Annecy Eric Maillaud sur la chaîne I-Télé.

«Des membres de la famille sont arrivés en France» vendredi soir, a par ailleurs précisé samedi le magistrat, en évoquant un oncle ou une tante. «Je ne sais pas quand ils pourront voir la petite fille» la plus jeune, Zeena, quatre ans, sortie indemne du drame après huit heures, cachée aux pieds de sa mère morte, a précisé le procureur, soucieux de «s'assurer que ça puisse se faire sans difficulté».

Les rencontres se feront systématiquement en présence d'un enquêteur français, a précisé le procureur. La fillette de quatre ans ne sera plus réentendue par les enquêteurs, selon la même source.

L'ainée toujours dans le coma

Quant à sa sœur de sept ans, Zainab, grièvement blessée à la tête, elle était toujours plongée dans un coma artificiel. «Dès que les médecins donneront le feu vert, elle sera très rapidement entendue par les enquêteurs», a déclaré le procureur vendredi.

«On espère qu'elle pourra nous dire ce qu'elle a vu, donner des descriptions, le nombre de personnes, hommes ou femmes, des couleurs de peau, des vêtements. Enfin, tout ce qui peut permettre un début d'identification», a-t-il ajouté.

Résultats de l'autopsie

Une nouvelle conférence de presse est prévue samedi à 15h au palais de justice d'Annecy. Elle devrait évoquer les résultats de l'autopsie des quatre victimes, terminées tard dans la nuit de vendredi à samedi.

De l'autre côté de la Manche, quatre enquêteurs français, conduits par le colonel Marc de Tarlé, chef du bureau des affaires criminelles de la gendarmerie, devaient se coordonner avec leurs homologues britanniques afin de perquisitionner le domicile des victimes à Claygate, dans la grande banlieue cossue du sud de Londres.

«Faire parler» la maison

La perquisition sera «très longue», a indiqué une source proche de l'enquête, ajoutant qu'elle dépasserait la journée. Une réunion entre policiers britanniques et gendarmes français s'est tenue samedi matin pour mettre au point une stratégie et déterminer le nombre de policiers à mobiliser sur l'affaire côté anglais.

Les enquêteurs espèrent notamment «faire parler» la maison à colombages de la famille al-Hilli à Claygate.

Un 4x4 vert et une moto

La voiture du père de famille, Saad al-Hilli, ingénieur, a été découverte mercredi après-midi sur une route forestière près du village de Chevaline, à proximité du lac d'Annecy où il passait ses vacances en camping avec sa famille.

A l'intérieur se trouvaient son cadavre, celui de sa femme et d'une femme plus âgée. A côté gisait un cycliste français, victime collatérale de ce qui ressemble à une tentative d'exécution de toute une famille.

En ont réchappé la fillette de quatre ans du couple, restée huit heures cachée dans la voiture avant que les enquêteurs ne la découvrent, et son aînée de sept ans, grièvement blessée au crâne.

Les enquêteurs recherchent un 4x4 vert et une moto qui ont été vus par le cycliste français ayant découvert les corps. Ils ont sollicité le concours des polices suisse et italienne, le lieu de la tuerie se trouvant à quelques heures à peine des frontières françaises.

Par ailleurs, avec près de 25 douilles retrouvées sur la scène de la tuerie, l'hypothèse d'un tireur unique semblait de moins en moins envisageable, même si les enquêteurs n'excluent aucun scénario.

(ats/afp)

Votre opinion