France - Les grands magasins parisiens vont exiger le pass sanitaire dès lundi

Publié

FranceLes grands magasins parisiens vont exiger le pass sanitaire dès lundi

Les clients des Galeries Lafayette, Printemps, et autres grandes enseignes de la capitale française devront désormais présenter le certificat Covid pour pouvoir faire leurs emplettes.

Le pass sanitaire et le port du masque seront exigés dès lundi à l’entrée de ces magasins. 

Le pass sanitaire et le port du masque seront exigés dès lundi à l’entrée de ces magasins.

AFP

Les cinq grands magasins parisiens (Galeries Lafayette, Printemps, BHV, Le Bon Marché et la Samaritaine) vont instaurer le contrôle du pass sanitaire à partir de lundi, a annoncé samedi la préfecture de police.

Commerces de plus de 20’000 m2

À ces enseignes très prisées des touristes s’ajoutent les centres commerciaux parisiens Italie 2, Centre Beaugrenelle et Vill’Up mais aussi le centre commercial Aéroville à proximité de l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, tous disposant d’une surface de plus de 20’000 m2.

Ces 9 centres commerciaux «devront exiger un pass sanitaire valide auprès de leurs clients ainsi que le port du masque», précise le communiqué.

Mercredi le gouvernement a étendu l’usage du pass sanitaire aux commerces de plus de 20’000 m2 aux départements ayant un taux d’incidence supérieur à 200 pour 100’000 habitants sur une semaine.

AFP

Décision prise par les préfets

«À Paris, si le taux d’incidence global reste légèrement en deçà de 200 pour 100’000 habitants, il est largement supérieur dans les classes d’âge de 10 à 39 ans (343 dans la tranche d’âge de 20 à 29 ans)», justifie la préfecture.

Au total, 104 centres et grands magasins de plus de 20’000 m2 seront concernés par le contrôle du pass sanitaire à partir de lundi en métropole, selon un décompte établi samedi par l’AFP sur la base d’arrêtés préfectoraux, quasiment tous dans la moitié sud de l’Hexagone et en région parisienne.

La décision d’instaurer un pass sanitaire reste entre les mains des préfets qui, selon la loi validée la semaine dernière par le Conseil constitutionnel, ne peuvent le faire si cela compromet «l’accès des personnes aux biens et services de première nécessité ainsi qu’aux moyens de transport».

(AFPE)

Ton opinion

18 commentaires