28.12.2012 à 12:57

Les Grecs se rabattent sur le chauffage au bois

Crise

La pollution atmosphérique a fortement augmenté ces derniers jours à Athènes à cause de l’envolée du chauffage au bois, moins cher par temps de crise que le fioul.

La pollution est redevenue visible à Athènes.

La pollution est redevenue visible à Athènes.

Archives, Keystone

Alors que le niveau d’urgence est établi à 50 mg/m3, la concentration des particules atmosphériques ces deux derniers jours a atteint 150 mg/m3, surtout dans la banlieue nord et ouest de la capitale grecque, selon des calculs ministériels.

Cette pollution est redevenue visible, comme le "néfos" qui a fait suffoquer pendant des années la capitale grecque, entourée de montagnes, avant une modernisation de son parc automobile et de ses transports en commun.

"La brume qui apparaît surtout le soir est composée de particules polluantes et dangereuses qui provoquent des problèmes respiratoires", a indiqué Evangélos Gerassopoulos, directeur de l’Institut de l’Environnement de l’Observatoire d’Athènes.

Selon ce physicien "ce nuage polluant résulte de la combinaison du manque de vent avec la combustion de bois, qui est plus élevée que d’habitude en raison de la cherté du fioul domestique".

De nombreux ménages en Grèce ont renoncé cette année au chauffage au fioul après l’alignement depuis octobre de la taxation de ce carburant sur celle de l’essence, dans le cadre de la cure de rigueur et redressement administrée au pays surendetté.

Une étude de l’université de Salonique, deuxième ville grecque dans le nord, a également mis en garde vendredi contre une hausse de la pollution atmosphérique dans la ville du fait du chauffage au bois.

L’observatoire d’Athènes doit effectuer "une analyse détaillée du 10 janvier au 10 février sur la substance du nuage, qui outre du dioxyde de soufre ou du monoxyde de carbone, pourrait contenir des hydrocarbures aromatiques cancérogènes", selon Evangélos Gerassopoulos.

La crise économique subie par la Grèce depuis 2010 avait dans un premier temps contribué à réduire la pollution atmosphérique à Athènes, en réduisant le trafic automobile.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!