Football: Les « grévistes» de Tourbillon n'ont pas vu le but de Sion

Publié

FootballLes « grévistes» de Tourbillon n'ont pas vu le but de Sion

Les ultras de la tribune nord ont affiché leur colère en «zappant» la première demi-heure du derby romand. Une déception et une frustration partagées par les acteurs eux-mêmes.

par
Sport-Center
1 / 4
Les fans sédunois ont manifesté avant Sion - Xamax.

Les fans sédunois ont manifesté avant Sion - Xamax.

Les fans sédunois ont manifesté avant Sion - Xamax.

Les fans sédunois ont manifesté avant Sion - Xamax.

Les fans sédunois ont manifesté avant Sion - Xamax.

Les fans sédunois ont manifesté avant Sion - Xamax.

A l'occasion du derby romand, les ultras du FC Sion avaient promis un mouvement de protestation et… ils sont passés à l'action. Ou plutôt, ils sont demeurés muets au coup d'envoi, désertant et laissant vides les gradins qu'ils occupent habituellement dans la tribune nord. Une grève destinée à s'indigner contre le manque d'investissement de leurs favoris depuis… pas mal de temps.

Et pour mieux faire passer leur message, on les a vu déployer une immense banderole sur laquelle était écrit: «30 minutes de grève pour ces années de galère». Conséquence très concrète: les différents groupes de supporters à l'origine de cette action spectaculaire n'ont ainsi ni pu voir ni pu applaudir le but de Kasami (28e), tombé quelques secondes avant la fin du mouvement de grève, coïncidant avec l'apparition d'une deuxième banderole où l'on pouvait lire : «Juste pour l'amour du maillot». Porté par un kop qui avait retrouvé sa voix, Sion allait alors connaître sa meilleure période.

Dans une mise en scène bien orchestrée, un dernier calicot allait peu de temps après faire son apparition sur lequel était résumée la pensée des fidèles de Tourbillon puisque l'on pouvait y lire : «Notre amour est plus fort que notre colère.» Fin du mouvement à la mi-temps.

«Je comprends la colère de nos fans»

Les différentes banderoles rangées (pour une prochaine occasion?) dans les gradins nord, le mouvement allait gagner ensuite, peut-être par effet de mimétisme, le terrain sur lequel, le FC Sion, après s'être pourtant montré plutôt fort séduisant au cours des 45 minutes initiales, allait progressivement disparaître, entamant une grève du zèle larvée.

«Je comprends la colère de nos fans, devait glisser le capitaine Kouassi. Quand on ne gagne pas, il est normal qu'ils soient fâchés. Sans parler que nous le sommes tout autant qu'eux.» A l'issue du derby, Kevin Fickentscher affichait la même compréhension. «Nos fans sont déçus, nous le sommes aussi, on est tous dans la même bateau. Je ne leur en veux pas…»

Alors que Tourbillon se vidait, on a croisé Kasami, buteur maudit. Le No 7 a certes marqué mais il a aussi manqué plusieurs occasions de mettre Sion à l'abri. «Après la pause, on s'est montré trop passif. On doit en faire plus quand l'on joue à la maison.» On l'interroge sur le contexte, difficile à vivre. «Je suis fatigué de tout ça…», lâche-t-il, réellement affecté. En fin de contrat au 30 juin 2020, Kasami sera-t-il toujours un joueur du FC Sion à la reprise? «On verra…», soupire-t-il.

Devant la porte principale du stade, un groupe excédé hurle sa frustration, crie sa colère, qui résonne dans les couloirs du stade. «Mouille ton maillot», «mouille ton maillot»… Ce que Sion a fait pendant une mi-temps. Insuffisant.

Nicolas Jacquier, Sion

Ton opinion