Publié

WebLes hackers montrent leurs armes

Le véritable piratage informatique n’a rien à voir avec les clichés. Les organisateurs de la manifestation Insomni’hack nous l’ont prouvé en direct.

par
Fabien Feissli
Avec sa société SCRT, Paul Such est payé par de grandes entreprises pour tester leur résistance au piratage informatique.

Avec sa société SCRT, Paul Such est payé par de grandes entreprises pour tester leur résistance au piratage informatique.

Yvain Genevay

Une faille. Voilà ce que cherche Alain Mowat en faisant défiler les pages du site Web. Son objectif: s’y introduire pour en prendre le contrôle. «On essaie de comprendre comment fonctionne le site. Comment on peut jouer avec les paramètres pour le détourner», explique le spécialiste en sécurité informatique de chez SCRT à Préverenges (VD) sans lâcher son écran du regard. «Il y a beaucoup de feeling. Cela n’a rien d’une science exacte et ça peut prendre pas mal de temps», ajoute son collègue Sergio Alves Domingues. D’ailleurs, les deux hackers éthiques rigolent souvent des raccourcis qui sont pris pour représenter leur travail dans les films. «Ce qu’ils arrivent à faire est plausible, mais pas du tout comme ça. C’est souvent risible», plaisantent-ils.

Votre opinion