Basket - Les Hawks de Capela s’imposent d’entrée, les Clippers passent
Publié

BasketLes Hawks de Capela s’imposent d’entrée, les Clippers passent

Le pivot genevois est bien parti avec Atlanta, en demi-finale de conférence de NBA face à Philadelphie, ce dimanche (128-124).

par
AFP
Clint Capela a su contrer Ben Simmons et les Sixters de Philadelphie ce dimanche.

Clint Capela a su contrer Ben Simmons et les Sixters de Philadelphie ce dimanche.

AFP

Sous l’impulsion de sa jeune star Trae Young, auteur de 35 points, les Atlanta Hawks ont frappé un grand coup d’entrée en demi-finales de conférence Est, en remportant le premier match de leur série (128-124) à Philadelphie, qui s’est réveillé trop tard, dimanche en play-off. Avec dix rebonds et onze points en 32 minutes sur le parquet, Clint Capela a lui aussi contribué à ce premier succès construit lors des deux premiers quarts, même si dans la dernière minute de jeu il a commis une erreur de débutant en laissant un rebond défensif à Embiid et une faute qui aurait pu coûter la victoire à son équipe…

On n’attendait pas forcément les Hawks, équipe certes talentueuse, mais sans réelle expérience des joutes printanières, tant à la fête face aux Sixers de Joel Embiid, qui ont fini avec le meilleur bilan de la saison régulière. Mais leur approche décomplexée de cette série, dont ils ne sont pas favoris, en fait de redoutables outsiders, qui plus est portés par ce drôle de phénomène qu’est Young.

Véritable phénomène, Trae Young, le jeune coéquipier de Clint Capela, a fait mal à Ben Simmons et les Sixters.

Véritable phénomène, Trae Young, le jeune coéquipier de Clint Capela, a fait mal à Ben Simmons et les Sixters.

AFP

D’aucuns pourraient trouver son attitude parfois insolente, quand il se fige quelques secondes les bras tendus, poignet rabaissé, pour contempler son œuvre, après une banderille à dix mètres à l’image de celle réussie en première période, voire énervante avec sa manie d’aller obtenir des fautes peu évidentes au contact, en pénétration. Mais son talent est indéniable et pour l’heure imperméable à la pression.

Celle appliquée par les Sixers sera d’ailleurs un gros point à améliorer pour la suite, car comme il s’en était accommodé contre New York au tour précédent, le meneur, qui a également délivré 10 passes, s’est un peu trop baladé à sa convenance sur le parquet du Wells Fargo Center.

Et comme il a régulièrement attiré à lui deux voire trois défenseurs, cela a laissé de la place à ses coéquipiers pour mettre les paniers qu’il fallait, notamment derrière l’arc (20/47). John Collins et Bogdan Bogdanovic ont ainsi ajouté 21 points chacun, Kevin Huerter en a marqué 15 en sortie de banc.

Tant et si bien que les Hawks ont mis un gros éclat aux 76ers dans le premier quart-temps (42-27), grâce à une adresse impressionnante de 16/22 aux tirs, avant de compter jusqu’à 26 unités d’avance (53-27) quatre minutes plus tard.

Embiid rassurant

En seconde période, Philly est revenu avec d’autres intentions et a remonté son retard lors d’un 4e quart-temps (41-29) d’une grande intensité, s’approchant à seulement deux longueurs à dix secondes du buzzer, après une interception de Danny Green pour le dunk de Ben Simmons (17 pts, 10 passes).

Ce come-back trop tardif a été initié par Joel Embiid, auteur d’une grosse performance (39 pts, 9 rbds). Or s’il y a une note positive à retirer de ce revers, c’est l’état de forme rassurant du pivot camerounais, qui n’a pas joué avec le frein à main, malgré la petite déchirure au ménisque droit qui lui avait fait manquer le dernier match du 1er tour contre Washington, la semaine passée.

Les Clippers qualifiés

De leur côté, les Clippers ont eu le dernier mot contre Dallas et défieront Utah en demi-finale des play-offs NBA à l’Ouest. Il aura fallu attendre le match No 7, après six victoires à l’extérieur, pour que l’avantage du parquet serve à quelque chose dans cette folle série. Au Staples Center, L.A. s’est finalement montré plus solide en s’imposant (126-111) et Dallas n’a pu prendre sa revanche tant espérée, après l’élimination au même stade la saison passée.

Impeccable, Kawhi Leonard (28 pts, à 10/15 aux tirs, 10 rbds, 9 passes, 4 interceptions) a été prépondérant à ce succès. «On n’a jamais baissé les bras même en étant mené 3-2, on voulait vraiment mieux faire», a-t-il réagi à chaud. Il a été bien aidé par Paul George (22 pts, 10 passes) et Nicolas Batum, auteur d’un gros travail de l’ombre (11 pts, 7 rbds, 5 passes, 2 interceptions, 1 contre).

La bascule est survenue en fin de troisième quart-temps, conclu (100-85) après que les Clippers ont infligé un cinglant 24-4 aux Mavs, grâce notamment à trois paniers consécutifs à longue distance de Marcus Morris. L’ailier-shooteur en a planté sept au total sur neuf tentés (23 pts), dont celui qui a repoussé un dernier vain assaut texan à 75 secondes du terme.

L’adresse extérieure des Californiens (20/43 à trois points) aura fait la différence, par rapport à celle de Dallas, déficiente (10/36). Et ce malgré Luka Doncic, encore exceptionnel avec 46 points et 14 passes réussies. Le prodige slovène de 22 ans n’a simplement pas eu le soutien nécessaire de ses artilleurs habituels, Kristaps Porzingis (16 pts) et Tim Hardaway Jr (11 pts) qui ont cumulé un affreux 1/14 derrière l’arc.

Votre opinion