Publié

Le coup de fil à Markus TheunertLes hommes n'ont-ils plus besoin d'être représentés?

A peine nommé, le délégué aux questions masculines du canton de Zurich a annoncé sa démission. La polémique sur le porno à l'école n'y est pas étrangère.

par
Propos recueillis par Vincent Donzé
Markus Theunert ne sera resté que quelques semaines en poste avant de démissionner.

Markus Theunert ne sera resté que quelques semaines en poste avant de démissionner.

Laurent Crottet

- Bien sûr que si!

- Alors pourquoi quittez-vous votre poste après trois semaines?

- Le canton m'a demandé de choisir entre cette mission et la présidence de l'association Männer.ch.

- L'association ne peut-elle pas exister sans vous?

- La question étant de savoir où j'étais le plus efficace pour promouvoir l'égalité, j'ai constaté qu'un cadre institutionnel offrait moins de liberté d'expression.

- Avez-vous signé votre arrêt de mort en prônant le porno à l'école?

- Le problème vient de là, mais je n'ai rien dit ou écrit sur le sujet.

- Expliquez-vous…

- La presse a publié un extrait d'une prise de position exprimée l'an dernier par Männer.ch. C'est son droit, mais cette polémique a provoqué une certaine irritation dans et hors de l'administration. Irritation qui m'a décrédibilisé aux yeux du canton, à qui je n'ai rien à reprocher.

- Vous ne supportez pas la critique?

- Si, mais je n'ai jamais affirmé que les enseignants devaient montrer du porno à l'école! Forcer des enfants à voir de telles images, c'est une idée qui m'est insupportable! Ma position, c'est que les parents et les pédagogues ne devraient pas être punissables s'ils le font dans un but pédagogique, avec clarté et respect.

- En démissionnant, ne montrez-vous pas que le sexe fort est faible?

- Je n'en sais rien. J'ai dû prendre une décision, je l'ai prise. Mais je regrette cette issue: j'aurais fait du bon boulot.

- Question égalité, on disait l'homme profiteur et la femme perdante. Dans cette affaire, êtes-vous un profiteur ou un perdant?

- Les deux… Le public m'a observé avec beaucoup de suspicion. On ne peut pas occuper ce poste sans provoquer des débats publics, et sans l'affaire du porno à l'école, on aurait trouvé autre chose pour m'évincer.

-?Qui va défendre les garçons, les hommes et les pères?

- Ce serait plus facile pour quelqu'un qui n'a pas encore pris position dans ce domaine. Un homme qui s'engage pour l'égalité avec des perspectives masculines sera toujours perçu comme un provocateur.

-?Les médias vont-ils évoquer votre démission jusqu'en Australie, comme pour votre nomination?

On verra bien! Si vous me demandez si je passe du symbole positif au symbole négatif de la contribution masculine au processus d'égalité, je vous réponds que je deviens celui de l'ambiguïté…

Ton opinion