10.04.2013 à 20:51

PaléontologieLes hommes préhistoriques utilisaient de la poterie pour cuisiner

Les hommes préhistoriques faisaient mal la vaisselle, et c'est tant mieux. Car les chasseurs-cueilleurs vivant au Japon voici 12'000 à 15'000 ans ont ainsi laissé la preuve qu'ils utilisaient déjà des poteries pour cuisiner et qu'ils aimaient le poisson.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

AFP

Des chercheurs sont en effet parvenus pour la première fois à analyser des dépôts calcinés découverts dans une centaine de fragments de poteries, datant du début de l'ère Jômon («poterie cordée» par référence aux impressions de cordes utilisées pour les décorer).

Verdict: la plupart de ces dépôts sont des résidus de graisse provenant de poissons et autres produits aquatiques, indique une étude publiée mercredi dans la revue britannique «Nature». Il s'agit donc ni plus ni moins des restes de repas consommés par les premiers Japonais à la fin du dernier âge de glace.

Pendant très longtemps, les archéologues ont considéré que l'invention de la poterie avait nécessairement accompagné celle de l'agriculture et la sédentarisation qui en découle.

Comment des chasseurs-cueilleurs nomades auraient-ils pu accomplir l'un des sauts technologiques les plus importants de l'Histoire, prendre conscience que le feu peut transformer l'argile molle en une céramique imperméable? Et surtout, à quoi une telle invention aurait-elle bien pu leur servir avec leur mode de vie rudimentaire et mobile?

Bien avant l'agriculture

Grâce à la datation au carbone radioactif, on a appris relativement récemment que la céramique est apparue bien avant l'agriculture, donc chez des nomades ou semi-nomades. Des tessons retrouvés dans une caverne du Jiangxi (sud-est de la Chine) seraient âgés de 19'000 à 20'000 ans, soit quelque 10'000 ans avant l'apparition de la culture du riz dans cette province. Les spécialistes ignoraient cependant toujours à quoi ces poteries pouvaient bien servir.

Les lipides (graisses) extraits des tessons de céramique Jômon «sont typiques des huiles aquatiques dégradées (...) et fournissent une preuve convaincante que de la nourriture provenant de l'eau douce et/ou de la mer a été préparée dans ces récipients», répondent Oliver Craig, archéologue à l'université britannique d'York, et son équipe.

«Nous estimons que ces produits aquatiques étaient ceux les plus fréquemment préparés dans ces poteries du Jômon primitif, sous une grande variété de climats et d'environnements, de Hokkaido au nord à Kyushu au sud», poursuivent les chercheurs.

Argenterie de grand-maman

«La disponibilité et l'abondance de nourriture le long des côtes et des rivières pourraient très bien avoir été l'élément déclencheur de cet investissement dans la production de récipients en céramique. Peut-être pour utiliser au mieux les surplus saisonniers ou dans le cadre de repas cérémoniels élaborés, et cela pourrait être lié à une réduction de la mobilité», suggère Oliver Craig dans un communiqué.

Quant à savoir si les Japonais préhistoriques se servaient de ces poteries comme de simples ustensiles de cuisine ou si, «comme le suggère leur rareté», elles jouaient plutôt le rôle de l'argenterie de grand-maman qu'on ne sort que pour les grandes occasions, «cela reste sujet à débat», estiment les chercheurs.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!