2e pilier – Les hommes touchent deux fois plus de rentes que les femmes

Publié

2e pilierLes hommes touchent deux fois plus de rentes que les femmes

Selon l’Office fédéral de la statistique, les hommes reçoivent pour la première rente de prévoyance professionnelle 2081 francs contre 1167 francs pour les femmes.

Les femmes touchent des rentes de prévoyance professionnelle deux fois moins élevées que les hommes au moment de partir à la retraite, selon l’OFS.

Les femmes touchent des rentes de prévoyance professionnelle deux fois moins élevées que les hommes au moment de partir à la retraite, selon l’OFS.

AFP

Les écarts entre les prestations que perçoivent les hommes et les femmes dans la prévoyance professionnelle sont grands, très grands même, selon les derniers chiffres de l’Office fédéral de la statistique sur l’année 2020 publiés mardi. En effet, la médiane de la rente vieillesse versée pour la première fois s’élevait à 2081 francs par mois pour les hommes contre 1167 francs pour les femmes. À noter qu’une rente médiane n’est pas une moyenne. Elle signifie que 50% des personnes ont touché plus que le chiffre indiqué et 50% ont touché moins.

L’écart entre les hommes et les femmes est encore plus grand en ce qui concerne les versements en capital des caisses de pensions et des institutions de libre passage. Le montant médian pour les messieurs est de 150’000 francs contre seulement 61’300 francs pour les femmes. Et si on ne tient pas compte des institutions de libre passage, les montants médians versés par les caisses de pensions uniquement aux hommes étaient de 199’000 francs contre 79’000 francs pour les femmes.

Le temps partiel des femmes en cause

Ces différences, très importantes, entre les deux sexes ont une explication. Et c’est le parcours professionnel qui est en cause. Les femmes connaissent en effet plus fréquemment des interruptions de travail et des emplois à temps partiel, essentiellement pour des raisons familiales, souligne l’OFS dans son communiqué. Sans parler que les femmes, qui ont souvent des salaires inférieurs, cotisent moins à la prévoyance professionnelle et touchent donc moins de prestations. «Le travail domestique et familial, qui est plus souvent effectué par les femmes, n’est pas rémunéré et ne se répercute pas sur les prestations de la prévoyance vieillesse», relève l’OFS.

À noter encore que les capitaux les plus élevés sont touchés avant l’âge légal de la retraite. En effet, selon l’OFS, ce sont les femmes et les hommes qui ont touché leurs prestations en capital avant leur 64 ou 65 ans qui ont perçu les montants les plus élevés (respectivement 65’000 et 157’000 francs) en 2020. Au moment de la retraite, ces mêmes prestations en capital au moment de la retraite n’étaient que de 62’000 francs pour les femmes et de 147’000 francs pour les hommes.

Une révision en cours au Parlement

Pour rappel, une réforme de la prévoyance professionnelle est actuellement débattue par les Chambres fédérales. Les rentes du 2e pilier, comme celles de l’AVS, sont en effet sous pression en raison de l’augmentation de l’espérance de vie et de la baisse des taux d’intérêt. Le projet mis sur la table par le Conseil fédéral est un compromis trouvé avec les patrons et les syndicats. Il vise à abaisser le taux de conversion, qui détermine le montant des rentes du 2e pilier, de 6,8 à 6%. Ainsi si l’employé dispose d’un capital de 100’000 francs en quittant le monde du travail, il ne touchera plus que 6000 francs par année au lieu de 6800 francs. Gauche et droite s’écharpent sur les compensations à accorder notamment à la génération transitoire et aux bas revenus.

(cht)

Ton opinion

31 commentaires