Publié

EspagneLes indépendantistes catalans vont envahir Barcelone

Des centaines de milliers d'indépendantistes catalans vont se réunir jeudi à Barcelone pour la Journée de la Catalogne, la Diada.

Des centaines de gens avaient participé à une chaîne humaine à Barcelone pour célébrer la Fête nationale de la Catalogne appelée «Diada», le 11 septembre 2013.

Des centaines de gens avaient participé à une chaîne humaine à Barcelone pour célébrer la Fête nationale de la Catalogne appelée «Diada», le 11 septembre 2013.

ARCHIVES, Keystone

Le président catalan, Artur Mas, a estimé mercredi qu'il serait «pratiquement impossible» d'empêcher éternellement la Catalogne de voter sur son avenir, comme veut le faire le gouvernement espagnol.

«Je crois que le gouvernement espagnol devra s'en rendre compte», a déclaré Artur Mas dans une interview ce mercredi 10 septembre. Le président du gouvernement nationaliste catalan s'est engagé à organiser le 9 novembre prochain un référendum pour ou contre l'indépendance de cette région du nord-est de l'Espagne.

Le gouvernement de Madrid veut empêcher cette consultation qu'il juge anticonstitutionnelle. Les associations indépendantistes organisent jeudi une manifestation en faveur du référendum pour laquelle au moins un demi-million de personnes se sont inscrites.

Exemple écossais

Artur Mas a estimé que la Catalogne profiterait d'un vote de l'Ecosse pour son indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni, en cas de victoire du «oui» au référendum du 18 septembre. Il s'est dit convaincu que l'UE voudrait conserver en son sein cette Ecosse indépendante.

«Si le 'yes' gagne, il y aura, j'en suis absolument sûr, des négociations très rapides pour essayer de retenir l'Ecosse dans l'Union européenne», a-t-il déclaré. La Commission européenne répète de son côté que, selon les traités, un Etat qui naîtrait d'une scission avec un Etat membre sortirait automatiquement de l'UE et devrait entamer un long processus d'adhésion.

«Ce n'est pas pragmatique de traiter ces questions politiques seulement du point de vue strictement légal», estime Artur Mas. Selon lui, l'UE a toujours su se montrer pragmatique.

(ats)

Votre opinion