Grille salariale: Les inspecteurs de police haussent le ton à Genève

Publié

Grille salarialeLes inspecteurs de police haussent le ton à Genève

Les inspecteurs de police s'opposent à la nouvelle loi sur la police qui introduit une rétrogradation de leur classe de fonction.

Le Syndicat de la police judiciaire (SPJ)s'oppose à cette nouvelle mesure.

Le Syndicat de la police judiciaire (SPJ)s'oppose à cette nouvelle mesure.

Keystone

A Genève, les inspecteurs de police ne commenceront plus leur carrière en classe 15, mais en classe 14. Cette décision, qui entre en vigueur le 1er avril, fâche le Syndicat de la police judiciaire (SPJ). Il exige du conseiller d'Etat Pierre Maudet qu'il revienne sur cette rétrogradation.

Réunis en assemblée générale mardi soir, les 160 membres présents ont opté à l'unanimité pour des mesures syndicales, a indiqué mercredi à l'ats Daniel Weissenberg, vice-président du SPJ, confirmant une information de 20 Minutes. Ils écriront au Conseil d'Etat pour l'informer qu'ils s'en tiendront aux tâches pour lesquelles sont payés les policiers, désormais tous en classe 14.

Avec l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la police, seule la fonction de policier existe. L'Office du personnel de l'Etat l'a évaluée en classe 14. «Nous ne savons pas comment il est arrivé à cette décision», déplore M. Weissenberg.

De son côté, le Département de la sécurité et de l'économie (DSE) indique que les classifications sont établies sur la base d'un cahier des charges validé par les syndicats. «Toutes les spécificités de compétences avancées par les syndicats ont été intégrées», précise-t-il.

«Mépris»

«Nos compétences ne sont plus reconnues, réfute M. Weissenberg. En matière d'instruction, la majorité de notre travail est déléguée par le Ministère public. A l'avenir, nous attendrons que les procureurs nous adressent une liste de questions pour les interrogatoires.» Selon lui, le but n'est pas d'entraver la justice, mais de mettre le Ministère public face à ses responsabilités.

Dans le même ordre d'idées, les inspecteurs ont décidé de faire les protections de personnalités diplomatiques en civil, et plus en costume. «La Genève internationale n'a peut-être pas besoin de nous!» lance le vice-président du SPJ, tout en relevant que ses collègues se sentent «méprisés». Ces mesures seront prises si la rétrogradation n'est pas annulée. Un délai sera fixé au mois d'avril.

«Salaires maintenus»

Lors de la votation de la loi sur la police, le chef du DSE Pierre Maudet et le PLR avec lui avaient promis de ne pas revoir les acquis sociaux et les salaires, rappelle Daniel Weissenberg. Or la nouvelle classification constitue une baisse de traitement pour les inspecteurs qui commencent et elle gèle pour un certain temps toute progression salariale pour ceux qui sont déjà en fonction.

Pour sa part, le DSE estime que «les salaires sont maintenus pour les policiers déjà en place» et que «les acquis sociaux ne sont pas touchés.» Le courrier envoyé lundi à chaque collaborateur indique la possibilité de recourir dans les 30 jours auprès de la Chambre administrative de la Cour de justice. M. Weissenberg annonce d'ores et déjà que des recours seront déposés.

(ats)

Ton opinion