Publié

MédecineLes «intersexes» ne sont plus opérés à la naissance

La reconnaissance des enfants de sexe indéterminé fait des progrès.

par
Pascaline Minet. En collaboration avec www.planetesante.ch

Ne pas être un homme ou une femme, mais plutôt un peu les deux à la fois: voilà une situation difficile à imaginer pour la plupart d’entre nous. C’est pourtant ce que vivent les personnes dites «intersexes», dont les organes génitaux ne correspondent pas à ceux définis pour une fille ou un garçon. Jusqu’à il y a peu, les bébés qui naissaient avec une ambiguïté de ce type étaient souvent opérés afin de les faire correspondre aux caractéristiques de l’un ou l’autre sexe. Mais la pratique médicale change, sous l’impulsion notamment d’associations de personnes concernées, qui souhaitent pouvoir décider librement de leur catégorie sexuelle.

L’intersexualité est le résultat d’un développement sexuel atypique chez l’embryon. Les bébés intersexes naissent avec des organes sexuels qui ne permettent pas de déterminer facilement s’ils sont ceux d’une fille ou d’un garçon. «Plus rarement, l’intersexualité peut être repérée tardivement, par exemple chez des jeunes femmes qui viennent consulter parce qu’elles n’ont pas leurs règles ou ne parviennent pas à avoir d’enfants», explique Blaise-Julien Meyrat, chirurgien pédiatre au Centre hospitalier universitaire vaudois, à Lausanne, et spécialiste de ces situations.

Votre opinion