Suisse: Les jeunes doivent être mieux protégés des sites pornos
Publié

SuisseLes jeunes doivent être mieux protégés des sites pornos

Le National a adopté une motion demandant que les fournisseurs internet bloquent les sites qui diffusent des contenus pornographiques sans prendre assez de précautions pour protéger les moins de 16 ans.

par
Christine Nydegger
Les jeunes ont trop facilement accès aux contenus pornographiques sur internet, estime le motionnaire.

Les jeunes ont trop facilement accès aux contenus pornographiques sur internet, estime le motionnaire.

AFP

Le National veut mieux protéger les jeunes de la pornographie sur le web. Il a en effet adopté lundi par 109 voix contre 66 une motion de Niklaus-Samuel Gugger (PEV/ZH) qui veut obliger les fournisseurs internet à bloquer les sites qui diffusent des contenus pornos sans prendre suffisamment de précautions pour protéger les moins de seize ans.

La mise à disposition et la diffusion de contenus pornographiques sur internet ont explosé pendant la crise du coronavirus, relevait le motionnaire. Certains des plus grands fournisseurs de contenus pornographiques ont même commencé à proposer gratuitement des services premium, critiquait-il.

La loi punit d’une peine allant jusqu’à trois ans de prison quiconque offre, montre, rend accessibles à une personne de moins de 16 ans ou met à sa disposition des contenus pornographiques, que ce soit à la radio ou à la télévision ou sur le web. «Malgré cela, un pourcentage élevé d’enfants et d’adolescents a fait ses premières expériences avec la pornographie en ligne bien avant l’âge de 16 ans ou consomme même régulièrement de la pornographie. En moyenne, les garçons entrent en contact pour la première fois avec du matériel pornographique à l’âge de 11 ans», s’est-il exclamé.

La loi contournée facilement

Selon lui, les fournisseurs concernés contournent trop facilement la loi en demandant simplement aux utilisateurs, dans une fenêtre d’avertissement, de confirmer qu’ils ont l’âge requis. Mais un simple clic ne permet de garantir la protection de la jeunesse, estime-t-il. Niklaus-Samuel Gugger demande donc que Conseil fédéral oblige les exploitants de sites à mettre en place une identification appropriée de l’âge. Techniquement, cela ne poserait aucun problème, selon lui. Il suffirait de contrôler l’accès aux sites pornos en intégrant une identification de l’âge appropriée, comme pour les cartes de crédit.

Le Conseil fédéral a tenté en vain de s’opposer à la motion. «Je vous demande de rester réalistes», a lancé Simonetta Sommaruga. «Quiconque propose de la pornographie et s’adresse à un public suisse doit déjà aujourd’hui vérifier efficacement l’âge des utilisateurs et bloquer l’accès aux moins de 16 ans, sous peine d’être punissable. Ce n’est pas comme si rien n’était réglé aujourd’hui», a plaidé Simonetta Sommaruga. Selon elle, «il n’existe pas d’instrument efficace que nous n’utilisons pas déjà aujourd’hui et qui protégerait automatiquement mieux les jeunes, à moins d’intervenir fondamentalement avec un blocage du réseau».

Le dossier part au Conseil des États.

Votre opinion

0 commentaires