Publié

EstonieLes jeunes «indignés» face aux abus, selon le pape

À Tallinn, le pape François a évoqué l'impact des scandales d'abus sexuels sur la perception de l'Eglise par la jeunesse.

1 / 27
Dans l'avion qui le ramenait d'Estonie à Rome, le pape François a annoncé avoir trouvé un accord avec le régime communiste chinois. (Mercredi 26 septembre 2018)

Dans l'avion qui le ramenait d'Estonie à Rome, le pape François a annoncé avoir trouvé un accord avec le régime communiste chinois. (Mercredi 26 septembre 2018)

AFP
Devant la jeunesse chrétienne à Tallinn, le pape à évoqué l'«indignation» des jeunes face aux scandales d'abus sexuels qui secouent l'Eglise catholique. (Mardi 25 septembre 2018)

Devant la jeunesse chrétienne à Tallinn, le pape à évoqué l'«indignation» des jeunes face aux scandales d'abus sexuels qui secouent l'Eglise catholique. (Mardi 25 septembre 2018)

Petite nation balte à dominante protestante, la Lettonie a accueilli lundi le pape François. (Riga, 24 septembre 2018)

Petite nation balte à dominante protestante, la Lettonie a accueilli lundi le pape François. (Riga, 24 septembre 2018)

AFP

Le pape a reconnu mardi à Tallinn, lors d'une visite en Estonie, que les scandales sexuels impliquant le clergé catholique étaient un repoussoir pour une jeunesse ne percevant pas une condamnation suffisamment forte de la part de l'Eglise.

«Génération de l'image et de l'action»

Les jeunes «sont indignés par les scandales sexuels et économiques, face auxquels ils ne voient pas une nette condamnation», a-t-il constaté, devant la jeunesse chrétienne du pays conviée dans une église luthérienne.

A une semaine d'un «synode» (réunion d'évêques du monde entier) à Rome consacré aux problématiques de la jeunesse, le pape a noté sans fard que beaucoup de jeunes «trouvent la présence de l'Eglise pénible voire irritante».

Pour François, l'Eglise doit rétablir le contact et mieux écouter une «génération de l'image et de l'action, plus que de la spéculation».

L'Eglise catholique est actuellement au coeur d'une crise existentielle dévastatrice en raison de la multiplication de révélations sur des abus sexuels. Mardi, l'Eglise catholique allemande a officiellement présenté ses excuses après la publication d'un rapport accablant relatant des agressions sexuelles sur plus de 3600 mineurs sur la période 1946-2014.

Evêques dans le collimateur

Fait nouveau, de très nombreux évêques sont désormais dans le collimateur de la justice de leur pays pour avoir détourné le regard, voire organisé les transferts de paroisse de prêtres pédophiles.

Le pape François n'a pour sa part pas encore répondu aux allégations incendiaires d'un prélat italien, Mgr Carlo Maria Vigano, selon lesquelles il aurait sciemment ignoré durant cinq années des signalements sur les agissements du cardinal américain Theodore McCarrick, présenté comme un prédateur jetant son dévolu sur des jeunes séminaristes et prêtres.

Le cardinal de 88 ans a finalement été accusé fin juillet d'abus sexuels anciens sur un adolescent de 16 ans. Le pape l'a alors immédiatement exclu du collège des cardinaux, une démarche quasi sans précédent.

Le pape achevait mardi un voyage sous le sceau de l'histoire tourmentée des pays baltes, occupés pendant un demi-siècle par l'URSS.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!