Coupe du monde : Des millions de supporters à Buenos Aires pour fêter les champions du monde

Publié

Qatar 2022Les joueurs argentins fêtés par des millions de supporters à Buenos Aires

Plusieurs millions de personnes ont envahi les rues pleines de Buenos Aires pour accueillir les champions du monde. Les supporters ont dû patienter des heures durant.

par
EBA
1 / 15
Petit selfie durant la parade, avec la boisson typique des soirées argentines, le Fernet avec du Coca.

Petit selfie durant la parade, avec la boisson typique des soirées argentines, le Fernet avec du Coca.

Les ballons aux couleurs de l’Argentine ont rempli le ciel.

Les ballons aux couleurs de l’Argentine ont rempli le ciel.

Le bonheur à 67 mètres de haut, pour ce fan au sommet de l’Obélisque de Buenos Aires.

Le bonheur à 67 mètres de haut, pour ce fan au sommet de l’Obélisque de Buenos Aires.

AFP

Buenos Aires n’était, mardi, qu’une fête gigantesque, démesurée, ses avenues du centre gonflées de centaines de milliers de personnes, pour communier avec ses champions du monde rentrés dans la nuit, pour une parade de victoire qui promettait d’être incandescente.

À 11 h 45 (15 h 45 en Suisse), le bus des désormais «tri-campeones» a commencé son défilé depuis le siège de la Fédération argentine (AFA) et devait rallier, à 32 km, l’Obélisque, au cœur de la capitale, point névralgique des célébrations.

Mais les champions du monde ont finalement dû entamer en milieu d’après-midi un survol en hélicoptère de Buenos Aires, abandonnant une parade de victoire en bus devenue «impossible» en raison de «l’explosion de joie populaire», a annoncé la présidence.

«Les champions du monde survolent tout le parcours prévu en hélicoptères, car il est devenu impossible de continuer par la route», a déclaré dans un tweet la porte-parole de la présidence Gabriela Cerruti.

De partout, des banlieues de la capitale, de province, de Rosario à 300 km, ils étaient venus, partis parfois au cœur de la nuit, profitant d’un jour décrété férié pour venir partager l’ivresse du troisième titre mondial, et ont envahi la capitale dès les premières heures de la matinée.

Dès l’après-midi, par grappes, en familles, avec tentes, chaises de camping, parillas, tambours et bien sûr ballons, ils se sont postés sur les larges bas-côtés ombragés du trajet d’environ 10 kilomètres entre l’aéroport et l’AFA.

«Je suis ici à cause de la passion pour l’Argentine», disait Alejandra Díaz, 55 ans, qui avait attendu dans la nuit l’Albiceleste près de l’AFA. «C’est une émotion immense difficile à expliquer (d’être un fan de football en Argentine). Ton cœur bat la chamade. Je pense que c’est le seul pays qui vit (le football) de cette façon, avec cette folie, cette joie, et ce bonheur.»

Messi vous dit bonjour

De nombreux policiers étaient prévus pour assurer un trajet rapide, des déviations pour permettre un accès fluide au centre-ville pour le bus, qui devait quitter vers 12 heures de l’AFA pour rallier l’Obélisque, à environ 30 km. En 2021, au retour de la campagne victorieuse de la Copa America au Brésil, le bus avait mis quatre heures pour effectuer une dizaine de kilomètres.

La journée, sauf surprise, ne devrait pas finir à la Casa Rosada, le palais présidentiel, qui ne figurait pas sur le parcours initial. Après le dernier titre mondial, en 1986, Diego Maradona était apparu au balcon présidentiel avec le trophée, aux côtés du président Raúl Alfonsín. Une image restée dans les mémoires.

Ton opinion