Publié

AutodéfenseLes juges armés de sprays au poivre

L'Office fédéral de police a remis des aérosols lacrymogènes et des torches éblouissantes aux magistrats fédéraux qui subissent des menaces et des agressions.

Victor Fingal
par
Victor Fingal
C'est en quittant ce bâtiment fédéralà Lucerne qu'un juge a été agressé en décembre.

C'est en quittant ce bâtiment fédéralà Lucerne qu'un juge a été agressé en décembre.

Gaetan Bally, Keystone

La Confédération équipe depuis peu les juges fédéraux de sprays au poivre et de torches éblouissantes. La raison? Les hauts magistrats subissent de plus en plus de menaces. L'un d'entre eux a même été victime d'une agression physique qui l'a envoyé rouler à terre. Une première en Suisse.

C'était le 5 décembre dernier, à Lucerne, en début d'après-midi. Un juge fédéral venait de quitter le bâtiment qui abrite les deux cours de droit social, près des quais, quand il a été attaqué par un justiciable. Frappé violemment au visage, il a dû se rendre à l'hôpital pour y soigner sa blessure et subir une suture.

Son agresseur avait reçu quelques jours auparavant une décision négative concernant une demande en matière d'assurances sociales. L'agresseur a été arrêté et l'enquête a été menée par le Ministère public de la Confédération. «Nous espérons que cette affaire reste un cas isolé», avait ajouté Gilbert Kolly, président de la Haute Cour.

Ils doivent changer d'itinéraire

Mais les juges fédéraux ne se sont pas contentés d'encaisser le coup. Selon le SonntagsBlick, un séminaire organisé par l'Office fédéral de police consacré à la sécurité a réuni récemment les 38 hauts magistrats. Les participants du cours ont ainsi appris qu'ils devaient modifier fréquemment l'itinéraire qui les mène à leur domicile et qu'ils devaient varier leurs horaires de travail. Cerise sur le gâteau, à la fin du séminaire, chacun d'entre eux s'est vu remettre un spray au poivre et une torche éblouissante.

Un précédent dangereux

«Les quérulents nous préoccupent déjà depuis longtemps, a confié à l'hebdomadaire Roy Garré, président de l'Association suisse des magistrats de l'ordre judiciaire. Nous craignons que l'affaire de Lucerne ne fasse école et que d'autres juges deviennent les victimes d'agressions.»

Les magistrats fédéraux veulent aussi étoffer l'arsenal juridique. Les voies de fait contre des titulaires de la fonction publique et des juges devraient figurer parmi les délits poursuivis d'office, selon une motion pendante devant le Parlement. Le juge agressé à Lucerne avait dû porter plainte. L'agresseur n'avait écopé que d'une amende de 500 fr. et des frais de justice de 2500 fr.

Ton opinion