Publié

SKI ALPINLes larmes de Lara Gut

La Tessinoise, éliminée en slalom alors qu'elle avait pris la 2e place de la descente du super-combiné, semblait très touchée par sa sortie de piste.

Keystone

La malédiction du super-combiné s'est répétée pour Lara Gut aux Jeux olympiques de Sotchi. Pour la troisième fois d'affilée dans un rendez-vous majeur, la Tessinoise a tout perdu lors de la manche du slalom.

Une médaille semblait toutefois dans ses cordes. Par forcément l'or, remporté par la favorite allemande Maria Höfl-Riesch, mais assurément l'argent ou le bronze. Lara Gut avait en effet parfaitement entamé sa journée, signant le 2e chrono de la descente matinale. Son contrat était alors à moitié rempli. Restait à tenir le choc en slalom. Ce qu'elle n'a pas fait, connaissant l'élimination en seconde manche et laissant l'histoire se répéter.

Ce n'est effectivement pas la première fois qu'elle subit le même sort. Aux championnats du monde de Garmisch (All) en 2011, puis à ceux de Schladming (Aut) en 2013, elle était également partie à la faute au cours de ce satané slalom, alors qu'elle pointait aux avant-postes après la descente.

«Bien sûr que ça fait mal», a reconnu la skieuse de Comano. «Mais c'est devenu la règle du jeu. Depuis quelques années, les super-combinés sont tracés par des entraîneurs de slalom et, par conséquent, pour des slalomeuses. En tant que descendeuse, je suis condamnée à prendre beaucoup de risques», a-t-elle expliqué.

En larmes dans les bras de son père et entraîneur dans l'aire d'arrivée, Lara Gut a retrouvé un peu de son aplomb au moment des interviews.« Je suis bien sûr déçue. Mais je préfère attaquer et sortir, plutôt que de terminer au 4e rang en skiant avec le frein à main. Là, j'aurais vraiment été énervée», a-t-elle dit.

La Tessinoise n'a pas non plus voulu s'attarder sur sa manche matinale, pourtant prometteuse en vue de la descente de mercredi. «Tout est encore trop frais dans mon esprit. Avant de penser à cette descente, j'ai besoin d'un peu de temps pour digérer», a-t-elle estimé.

Gisin avait mieux à faire

La déception a aussi été de mise pour Dominique Gisin, pas convaincue par son 5e rang et son statut de meilleure Suissesse du jour. « Je ne suis pas aux Jeux pour obtenir des 5es places», a-t-elle lâché.

«J'avais vraiment de quoi faire mieux lors de ce super-combiné. Pas en slalom, où je me suis bien défendue, mais en descente», a commenté celle qui, effectivement, occupait la 10e place après la première manche, un classement très moyen en regard de ses capacités dans la discipline.

Avec encore des désillusions pour Marianne Kaufmann-Abderhalden (éliminée en descente) et Denise Feierabend (12e), les Suissesses n'ont pas redonné le sourire au ski alpin helvétique, déjà rentré penaud la veille après la descente masculine.

(SI)

Ton opinion