Publié

UkraineLes légistes ont identifié 23 victimes du crash

Les experts ont dû quitter la zone de l'accident en raison des combats entre l'armée et les séparatistes prorusses. Une vingtaine de corps ont pu être identifiés.

1 / 132
Un suspect ukrainien dans l'explosion du vol MH17 est retourné en Ukraine. Les Pays-Bas ont immédiatement demandé à la Russie l'extradition de cet homme soupçonné par les enquêteurs néerlandais d'avoir été impliqué dans le crash de l'avion. (2 décembre 2019)

Un suspect ukrainien dans l'explosion du vol MH17 est retourné en Ukraine. Les Pays-Bas ont immédiatement demandé à la Russie l'extradition de cet homme soupçonné par les enquêteurs néerlandais d'avoir été impliqué dans le crash de l'avion. (2 décembre 2019)

archive/photo d'illustration, AFP
Les dirigeants des 28 ont joint leurs voix jeudi à la pression internationale sur la Russie en l'exhortant à «coopérer pleinement» à l'enquête sur le crash du MH17. (Jeudi 21 juin 2019)

Les dirigeants des 28 ont joint leurs voix jeudi à la pression internationale sur la Russie en l'exhortant à «coopérer pleinement» à l'enquête sur le crash du MH17. (Jeudi 21 juin 2019)

AFP
L'équipe internationale d'investigation conjointe (Joint Investigation Team, JIT), conduite par les Pays-Bas et composée d'enquêteurs d'Australie, de Belgique, de Malaisie, des Pays-Bas et d'Ukraine, a dévoilé les «derniers développements de l'enquête» sur le crash. (Mercredi 19 juin 2019)

L'équipe internationale d'investigation conjointe (Joint Investigation Team, JIT), conduite par les Pays-Bas et composée d'enquêteurs d'Australie, de Belgique, de Malaisie, des Pays-Bas et d'Ukraine, a dévoilé les «derniers développements de l'enquête» sur le crash. (Mercredi 19 juin 2019)

Les légistes ont identifié 21 nouvelles victimes, soit 23 au total, du crash de l'avion de Malaysia airlines, a annoncé vendredi le gouvernement néerlandais, alors que les enquêteurs internationaux quittaient l'est de l'Ukraine en raison des combats. Le vol MH17 a été abattu le 17 juillet par un missile tiré depuis une zone tenue par les séparatistes prorusses, tuant les 298 personnes à bord, dont 193 Néerlandais.

Plus de 220 cercueils ont été acheminés aux Pays-Bas qui ont été chargés d'identifier les corps.

Parmi les 21 victimes identifiées figurent 16 Néerlandais -- dont un à la double nationalité néerlandaise et britannique --, deux Malaisiens, un Allemand, un Canadien, un Britannique, a précisé le ministère de la Justice dans un communiqué. Jusqu'à présent, seuls deux corps avaient été identifiés. Toutes les familles ont été informées.

Recherches suspendues

Le Premier ministre Mark Rutte a annoncé jeudi que les recherches de corps sur le site de la catastrophe, dans l'est de l'Ukraine, étaient suspendues en raison de l'insécurité provoquée par les combats entre les forces ukrainiennes et les séparatistes prorusses.

A la suite de cette décision, deux avions de transport militaire -- un néerlandais et un australien - ont rapatrié vendredi aux Pays-Bas 142 experts de la police des Pays-Bas, d'Australie et de Malaisie. Les deux appareils ont atterri à Eindhoven (sud) dans l'après-midi, a rapporté l'agence de presse néerlandaise ANP.

(AFP)

Votre opinion